Ces cartes qui piquent tant son cœur de collectionneur

Vincent Choffat possède 13'000 jeux de cartes de toutes sortes. Adrian Marti © Éditions L'Ajoie
Publicité

MONTIGNEZ/CŒUVE Des Ch’tis aux gratte-ciel new-yorkais, Vincent Choffat collectionne des cartes à jouer de toutes les tailles et de toutes les couleurs, dont une partie est exposée au Restaurant du Cerf à Cœuve. Mais ce jardinier de métier ne compte pas s’arrêter là et voit bien plus loin que notre belle région.

En plus des 2300 paquets qu’il expose au Restaurant du Cerf à Cœuve, Vincent Choffat garde chez lui 4700 jeux de cartes… sans compter les 6000 exemplaires qu’il possède à double! Pour constituer sa collection, cet habitant de Montignez en a dépensé, du temps et de l’argent. Mais qu’importe! Aujourd’hui, il n’a qu’une seule idée en tête : agrandir encore son assortiment qui l’occupe depuis plus d’un quart de siècle.

Le hasard, comme au poker

Publicité

Tout a commencé il y a maintenant plus de 30 ans. De sortie à Bâle avec ses collègues, Vincent Choffat tombe nez à nez avec un forain dont le stand est garni de paquets de cartes. C’est le déclic: l’Ajoulot repart avec une vingtaine d’exemplaires en poche et débute ainsi une collection à laquelle il a déjà consacré la moitié de sa vie. Depuis, il n’a cessé de s’investir pour nourrir son ouvrage. Contrairement aux idées reçues, collectionner n’est pas un hobby solitaire. Laissant ses coordonnées après chaque poignée de main, Vincent Choffat sollicite ses connaissances lorsqu’elles partent en vacances, se lie d’amitié avec d’autres amateurs et des marchands et écume les brocantes de France voisine et de Suisse allemande.

Chaque week-end, il enfourche son vélomoteur et part rendre visite à ses amis un peu partout où il y a des as à empocher. Blessé au dos à une époque, le passionné n’a pas pu quitter son lit neuf semaines durant. Un vrai problème! «Ce qui me démangeait le plus, c’était de ne pas pouvoir aller aux brocantes», se souvient-il. Au fil des années, Vincent Choffat a monté un véritable réseau, et on l’appelle de toutes parts pour lui signaler les bonnes affaires. Peu importe s’il a déjà les modèles qu’on lui propose: il les échangera. Une méthode qu’il affectionne bien plus que la vente.

Une collection d’amis

Mais les cartes ne sont pas sa seule passion. Celui qui a déjà exposé ses atouts à Reconvilier, Tavannes, Miécourt ou encore Bonfol avant de se poser au Cerf a plus d’un tour dans son sac: couteaux de poches, timbres ou double-mètres viennent également garnir ses étagères. Mais ce qu’il aime glaner par-dessus tout, ce sont les rencontres.

Lorsqu’on lui demande ce qui le pousse à collectionner, Vincent Choffat répond sans hésiter: «C’est d’être avec les gens.» Et certaines de ces rencontres se sont littéralement investies avec lui dans son projet. Comme lorsqu’un de ses amis collectionneurs lui propose d’acheter un lot de 5000 unités. En manque de fonds, Vincent n’a pas attendu bien longtemps avant qu’on vienne frapper à sa porte pour lui proposer de l’aide.

Toutes ces personnes à ses côtés, ce désormais sexagénaire souriant espère pouvoir les remercier un jour. Et pour cela, il a son idée: «Mon rêve, c’est d’être champion du monde. Beaucoup de gens m’amènent des cartes avec cette idée en tête. J’aimerais leur montrer ce que j’ai pu faire grâce à leur soutien.» C’est le même désir qui l’anime lorsqu’il expose: montrer ses progrès à ceux qui lui ont tendu la main. Alors n’hésitez pas, et si vous avez de quoi compléter cette belle collection, que ce soit d’objets ou de souvenirs, passez lui dire bonjour.

Adrian Marti

Article paru dans notre édition abonnés n° 103 du 18 juillet 2015

Publicité