C’est l’histoire d’une cabane devenue buvette

Trois piliers du projet (de gauche à droite): Baptiste Ramseyer, Julien Parietti et Frank Maillard. Crédit : Sébastien Fasnacht © Éditions L’Ajoie

COURTEMAÎCHE Le sport en Ajoie, et plus particulièrement le football, ne se passe pas que sur le terrain. Lien social, lieu de vie, il enrichit le quotidien des communes dans lesquelles il est pratiqué. Exemple à Courtemaîche où, l’an dernier, les joueurs du club ont troqué leurs crampons contre des outils.

Tout commence à Cœuve il y a une quinzaine d’années. Lors de la rénovation de l’école du village, les cours sont dispensés aux élèves dans une cabane en bois. Cabane qui, une fois les travaux terminés, est récupérée par le FC Courtemaîche. Démontée, puis remontée au bord du terrain de la commune en question, elle vit une seconde jeunesse comme local du club. «Un local déjà aménagé à l’époque par les membres du club et des menuisiers du village. C’était assez sommaire et peu pratique en termes d’espace», se rappelle Frank Maillard, président du FC Courtemaîche.  L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais c’était sans compter sur l’imagination, l’ambition et le savoir-faire de la quarantaine de personnes qui gravitent autour du club.

Un cadeau pour la commune

Après 700 heures de travail et un an de chantier, la cabane est devenue buvette. Un espace de rangement est né derrière la partie principale. La cuisine sommaire a été remplacée par un piano qui a de quoi rendre jaloux un chef étoilé. Et pour couronner le tout, une place de pétanque fait désormais le lien entre la terrasse couverte de l’endroit et le terrain. Ceci sans parler du chemin d’accès en béton, lui aussi fraîchement rénové. Mais pourquoi tant de luxe? «Nous sommes tous des gosses du village ou des environs. Notre but n’était pas seulement de rénover la buvette du club mais de pouvoir offrir quelque chose de plus à la commune toute entière. C’est désormais un lieu fonctionnel dont tout le monde peut profiter, que ce soit lors des matches de foot ou pour des événements privés!»

La buvette, fraîchement rénovée. Crédit : © FC Courtemaîche

Démolir pour reconstruire

Un travail d’équipe, rendu possible grâce à l’implication des membres du club. «Si on compte la première équipe, la «deux», les vétérans et les proches, on a eu bien assez de bras pour nous aider. Et vous savez, il n’y a pas besoin de trop insister quand il s’agit de détruire un espace à coup de masse… On trouve toujours des volontaires!» indique Frank Maillard dans un sourire. Mais une fois l’intérieur démoli, il a fallu reconstruire. Et c’est un métier. «Notre but était aussi de donner du travail aux entreprises du village. Le gros du boulot a été fait par elles. Nous, on est revenus au moment de peindre les lames!»

Une inauguration samedi

Pratiquement terminée, tout comme la saison de football d’ailleurs, la buvette est prête pour la saison estivale. Et Frank Maillard d’insister sur un point: «On a vraiment envie que les gens de Basse-Allaine et de la région se l’approprient. C’est un lieu convivial, ouvert à tous. Un lieu qui ressemble à notre club!» Et pour joindre le geste à la parole, quoi de mieux qu’une inauguration en bonne et due forme ce samedi dès 16 heures. Et histoire de boucler la boucle, les festivités débuteront par… un match de foot.
Un article de Sébastien Fasnacht, 7 juin 2018, N°452