Chocolats solidaires

PORRENTRUY Le Lycée cantonal et l’École de commerce de Porrentruy se mobilisent pour le Yémen: pas moins de 3800 cœurs en chocolat seront vendus par les élèves des deux établissements durant les vacances de Pâques. L’argent récolté sera versé au Comité international de la Croix-Rouge.

Ces prochains jours, vous serez peut-être approché par un jeune garçon ou une jeune fille qui vous proposera un cœur en chocolat au prix de 5 francs. Dites-lui oui. Car il y a plusieurs bonnes raisons à cela: le chocolat est de qualité, fabriqué chez Bernard Colomb, à Glovelier; et l’argent récolté ira au Yémen, où sévit actuellement une grave crise humanitaire.

Le projet émane de quatre enseignants du Lycée cantonal et de l’École de commerce de Porrentruy, Raphaël Boillat, Charles Rusterholz, François Marmy et Yannis Babey. C’est à la suite de la diffusion à la télévision, en fin d’année dernière, d’un reportage sur la guerre au Yémen que l’idée a surgi. «On en discutait entre nous, raconte Yannis Babey, et on se disait qu’on aborde certains sujets dans nos cours – moi par exemple, je suis professeur de géographie, je parle de problèmes d’alimentation – mais qu’on ne fait rien.»

650 élèves impliqués
Ce sont donc les enseignants qui ont élaboré le projet, contacté l’artisan-chocolatier («qui a fait un geste en nous fabriquant les chocolats à 1 fr. 50/pièce», relève Yannis Babey) et préparé l’action. Les élèves de l’École de commerce ont également mis la main à la pâte en créant l’étiquette et en emballant les chocolats, sous la responsabilité de leur enseignante de Parties pratiques intégrées Caroline Balmer.

Le projet entre à présent dans sa phase «de terrain»: durant cette semaine, les chocolats sont distribués aux 650 élèves des deux établissements afin qu’ils les vendent durant les vacances de Pâques, autrement dit dès demain. «Chaque élève vendra cinq chocolats, précise Yannis Babey. Nous devrions ainsi récolter à peu près 15’000 francs, dont il faudra déduire le coût du chocolat et de l’étiquette.» Au final, ce sont environ 9500 francs qui devraient être remis au Comité international de la Croix-Rouge (CICR). «Le CICR est l’une des rares organisations humanitaires sur place, poursuit Yannis Babey, c’est pour cela que nous l’avons choisie. Et nous nous sommes assurés auprès d’elle que l’argent ira bien au Yémen dans le cadre de l’aide alimentaire.»

Une page internet
Mais il n’y a pas que l’aide concrète. L’action comporte aussi un volet de sensibilisation: une page internet a été créée sur le site du Lycée cantonal, où les maîtres de classes ont pu puiser de l’information afin d’expliquer les tenants et les aboutissants de l’action à leurs élèves. Les étiquettes des chocolats comportent également un QR code qui, lorsqu’on le scanne, renvoie vers cette même page, où l’on trouve notamment le lien du reportage par lequel tout a commencé. Chacun pourra ainsi se poser pour lui-même cette question formulée par Yannis Babey: «Vu d’ici, avec nos ventres bien remplis, est-ce qu’on ne peut pas faire acte de générosité?» Sûrement que si.

Claire Jeannerat

Un article publié dans notre édition abonnés du 11 avril 2019.