De belles places sur les podiums pour le VBC Porrentruy

En 3e ligue féminine, l’équipe dirigée par l’ancien basketteur Marco Salomone a fini l’année 2017 sur trois succès probants. © VBC Porrentruy

PORRENTRUY Pour les volleyeurs régionaux, début d’année rime avec début du deuxième tour. La moitié du chemin est accompli et le Volley-ball Club (VBC) Porrentruy, à tous les échelons ou presque, parvient pour l’heure à tirer son épingle du jeu.

Le club ajoulot, fidèle à sa réputation, joue placé à mi-parcours. Partout ou presque, il occupe une position sur le podium. Ce qui révèle une fois de plus l’envergure que possède la société de Porrentruy au sein de l’association Jura-Seeland, que ce soit en actifs ou chez les juniors, elle qui a déjà disputé pas moins de 191 matches depuis la reprise de septembre! Dans ce décor hivernal quasi féérique, un constat s’impose toutefois. Au sein de la plus haute catégorie de jeu régionale, la perspective de disputer les finales de promotion en 1re ligue est d’ores et déjà à oublier. Chez les dames, le VBC La Suze fait figure d’épouvantail et ne laisse que peu d’espoirs à ses poursuivants.

Le podium, pas mieux, pour les équipes phares

Titrées en 2015 et 2016, les Bruntrutaines devront se contenter d’un rang sur le podium cette année encore. Elles pointent provisoirement en deuxième position. Mais tout demeure indécis derrière le chef de file imérien, avec quatre formations qui se tiennent en deux longueurs. Les messieurs devront eux aussi se satisfaire d’une place dans le trio de tête à défaut de prétendre pouvoir participer aux finales d’ascension. Les cinq succès consécutifs remportés en fin d’année n’y changeront rien. Devant, Volleyboys Bienne a déjà pris la poudre d’escampette. Les contours du projet esquissés il y a deux ans qui doit les mener à lorgner à moyen terme sur la 1re ligue ont besoin d’être affinés. L’absence de plusieurs joueurs universitaires durant la semaine et le manque de pratique que cet exil entraîne ne leur permet pas de viser la promotion dans l’immédiat. Le troisième rang qu’ils occupent actuellement et auquel ils semblent abonnés paraît être le mieux qu’ils puissent obtenir cette saison.

La Vendline en ballotage défavorable

La situation est similaire pour la 2e équipe, qui smashe en 3e ligue. Passablement rajeunie par rapport au collectif qui a été sacré en 2015 et 2016, elle ne peut désormais régater face aux deux meneurs que sont Courtételle et La Suze. C’est donc plus bas, dans les espaces de jeu inférieurs, que le VBC Porrentruy nourrit l’espoir d’être titré dans trois mois. En 3e ligue féminine, l’équipe dirigée par l’ancien basketteur Marco Salomone caracole en tête et a fini l’année 2017 avec trois succès probants. Si les Bruntrutaines s’éclatent, Le VBC La Vendline, l’autre organisation ajoulote présente à cet échelon, vit un championnat nettement plus pénible. Dernier de classe, il voit le spectre de la relégation dangereusement planer au-dessus de lui. En 4e ligue, les joueuses du président Jubin imitent parfaitement leurs copines de 3e ligue avec huit succès récoltés en neuf sorties et une position de leader à la moitié de l’exercice.

Elimination prématurée pour les tenants du titre       

Les volleyeurs du VBC Porrentruy ont conclu leur année 2017 sur une sortie brutale en Coupe jurassienne. Tenants du titre, ils ont été évincés au stade des quarts de finale par la SG Courtételle, leader de 3e ligue. Cette élimination face à un concurrent qui milite dans la catégorie de jeu inférieure vient ainsi ternir leur fin d’année, eux qui restaient sur une belle série de succès en championnat. Ils n’auront ainsi pas l’occasion de défendre leur bien en mars dans leur salle de l’Oiselier. Les absences de leurs deux meilleurs attaquants – l’entraîneur-joueur Mouad Naimi et Corentin Monin – n’expliquent pas totalement cette contre-performance. Mis sous pression d’entrée de jeu, Porrentruy n’a pas été en mesure de rectifier le tir et faire valoir son statut de favori. Défaillant en réception et à la distribution, il s’est incliné en quatre sets. A noter qu’au sortir de cet échec, l’un de ses éléments les plus expérimentés, Colin Paratte, a décidé de se retirer. Attaquant de métier reconverti cette saison en libéro, il ira prêter main forte lors du second tour à l’équipe loisir qui évolue en 3e ligue.

Les dames, quant à elles, joueront leur place dans l’ultime carré vendredi prochain, avec la venue du VBC Moutier.

En 3e ligue féminine, l’équipe dirigée par l’ancien basketteur Marco Salomone a fini l’année 2017 sur trois succès probants.
© VBC Porrentruy

Un article de Julien Boegli, 11 janvier 2018, N°431