Des spectacles de qualité pour renouer avec le public

La compagnie Massala se produira sur scène en mai, avec «Oüm». © Elian Bachini
Publicité

PORRENTRUY Le Centre culturel district de Porrentruy a fêté ses 35 ans d’existence en pleine pandémie de covid. Deux saisons ont été durement impactées. Aujourd’hui, l’heure est à la reconquête. Marie-Claire Chappuis, directrice du CCDP depuis 2003, mise sur des spectacles coups de cœur pour retrouver les fidèles et attirer un nouveau public.

Marie-Claire Chappuis n’a pas de mots assez durs pour qualifier l’année 2021: «Une catastrophe. Pire que 2020!» Une vingtaine de représentations ont dû être annulées et reportées. Un crève-cœur pour la directrice du CCDP qui a fait face à des artistes dépités. «Ils l’ont mal vécu, ils ne pouvaient plus être sur scène. Ce sont eux qui ont souffert le plus de la situation! On est fatigués et usés.» Le lieu culturel a dû faire preuve de souplesse et d’adaptabilité. Après plus de six mois de fermeture, l’équipe a tenté de rebondir à l’été 2021. «On a monté une mini-saison au pied levé et inventé de nouveaux projets. On a touché des aides publiques, ce qui nous a permis de proposer des choses autrement, hors les murs, notamment dans les vitrines de la ville de Porrentruy. C’était une nouvelle expérience pour nous!», tente de positiver Marie-Claire Chappuis.

L’humour malgré tout

Publicité

Aujourd’hui, est-ce difficile de faire revenir le public? «Les habitudes culturelles ont changé au fil des confinements. Et puis, avec le certificat covid et du port du masque, la baisse de fréquentation était réelle… sauf pour les spectacles d’humour, comme celui de Panayotis Pascot! Le public est venu de plus loin, les spectateurs étaient plus jeunes, ils n’avaient peut-être pas les mêmes craintes», note Marie-Claire Chappuis. Le 16 janvier dernier, Panayotis Pascot, du haut de ses 23 ans, a fait complet! Un carton plein pour le CCDP qui a touché un public nouveau. 

«J’ai découvert Panayotis Pascot à Paris il y a trois ans. Il avait à peine 20 ans et était époustouflant. Il sait tenir une salle, il est très présent, très touchant. Son humour est intelligent, ça parle de lui, de son expérience de vie», raconte la directrice. D’autres spectacles d’humour sont prévus et devraient aussi tenir leurs promesses. Le 13 mai, l’humoriste genevoise Claude-Inga Barbey sera ainsi sur les planches du CCDP.

D’autres temps forts à venir

La programmation du CCDP se veut variée et interdisciplinaire, elle mêle la danse, le théâtre, la musique, l’humour. «Les spectacles doivent être accessibles au plus grand nombre, tout en étant de qualité», précise Marie-Claire Chappuis qui voit en amont tous les spectacles avant de les programmer… L’un des temps forts à venir: «Oüm», dans le cadre du festival de danse Steps. Sur scène, six danseurs et deux musiciens rendent hommage à Oum Kalthoum, diva égyptienne, et à Omar Khayyam, poète persan du XIe siècle. La Compagnie Massala, compagnie française menée par le chorégraphe Fouad Boussouf, utilise son vocabulaire hip-hop, en y ajoutant une note orientale. Un spectacle remarquable, à voir le 6 mai.

Renouer avec le spectacle vivant

Alors que les fermetures liées au covid ont amputé les deux dernières saisons, le CCDP a déjà une programmation complète pour 2022-2023, à cause des nombreux reports de spectacles. Une contrariété supplémentaire pour la directrice: «Je reçois des propositions chaque jour. Or je dois les refuser, car on n’a déjà plus de place. C’est très dur de devoir décliner des spectacles intéressants!»

Caroline Libbrecht

Publicité