Église: un changement d’époque

Publicité

En ces temps particulièrement chamboulés, où les repères habituels sont bouleversés, durant lesquels tout contact est proscrit, toute discussion soumise à une distance de sécurité, tout contact commercial ou sanitaire vécu avec une hygiène redoublée, derrière un masque ou une vitre, la pastorale est, pour ainsi dire, orpheline de ce qui la fait vivre: la rencontre d’être humain à être humain, signe visible de la rencontre avec un Dieu invisible.

Le pape François disait en décembre dernier: «Nous ne vivons pas à une époque de changements, mais à un changement d’époque.» Aujourd’hui, nous y sommes plus que jamais: acceptons ce changement d’époque, car les armes de guerre – qui n’ont jamais autant été achetées dans le monde qu’en 2019 – ne nous protègent pas contre les virus; car les querelles politiques sur des détails budgétaires se trouvent balayées par un virus qui plonge notre économie dans l’urgence; car la question climatique mobilise les jeunes et fait élire des personnes de tendance verte, mais c’est bien un virus qui arrive à clouer les avions aux tarmacs. Et la Création de s’en porter mieux.

Les médecins, les profs, les politiques – qui gagnaient trop hier – sont encensés pour leur travail exemplaire et sans faille. Les personnes employées dans les métiers du ménage, de la vente et du ramassage des ordures, autrefois méprisées, sont les héroïnes et les héros de notre nouveau quotidien (cf. l’homélie du pape François pour le dimanche des Rameaux). Et je n’oublierai pas tous ceux et toutes celles qui sont et seront encore touchés par la maladie, le deuil, la mort… toutes les personnes qui ne retrouveront pas facilement une sérénité semblable à celle des années passées.

Publicité

Qu’allons-nous tirer de cet épisode de mise à mal de la race humaine? Qu’y apprenons-nous du monde, de notre société, de nous-mêmes, de notre Eglise et de Dieu ? La Terre se défend-elle contre le comportement croissanciste de notre espèce?

Ces questions peuvent baliser notre chemin dans ce temps de la Passion et du jour attendu de Pâques; à un rythme plus lent, seul ou avec les personnes qui partagent notre foyer, au moyen des propositions des sites www.jurapastoral.ch et www.cath-ajoie.ch et qui se vivront à juste distance… Vous y trouverez, notamment, des témoignages dans la rubrique «À ma fenêtre», un lien vers les cartes de méditations de notre évêque Felix, des célébrations «fait maison» pour la Semaine sainte, des vidéos pour soutenir notre cheminement. L’invitation est aussi de partager des paroles et des témoignages d’encouragement et ne pas nous laisser envahir par la peur. Pour traverser cette épreuve inédite, en restant chez nous, afin de prendre soin de nous toutes et tous qui sommes dans la même galère, mais avec le Christ.

Hervé Farine, théologien, Jura pastoral

Publicité