Émilie Duclay, l’art de rebondir

À Québec en 2007 pour les 25es Championnats du monde. © Volker Minkus
Publicité

PORRENTRUY Née à Nevers mais installée à Porrentruy depuis quelques années, la Française Émilie Duclay fut l’une des meilleures gymnastes au trampoline de l’Hexagone jusqu’en 2009. Portrait d’une jeune femme qui officie désormais comme coach à la Gym-Sport Porrentruy, entre bien d’autres choses.

Si certains grands sportifs professionnels font tout pour rester au contact des médias et sous le feu des projecteurs, d’autres passent une retraite sportive dans l’anonymat, sans ébruiter leurs exploits passés. C’est le cas de la gymnaste française Émilie Duclay, expatriée à Porrentruy et qui fut vice-championne du monde de trampoline, excusez du peu!

Équitation ou trampoline?
Née à Nevers, en Bourgogne, Émilie Duclay a fait ses premiers pas sur un trampoline à l’âge de 3 ans. «Mon père a d’abord monté un club de gym en 1981, se souvient Émilie Duclay. En 1986, il a voulu faire de l’acrobatie, d’abord du plongeon mais il n’y avait pas de plongeoir dans ma ville. Il s’est donc orienté vers le trampoline.» Un choix qui contribuera à tracer la voie pour sa fille, qu’il entraînera d’ailleurs durant sa carrière professionnelle. Mais avant de croquer les médailles en trampoline, la gymnaste a goûté à d’autres plaisirs sportifs durant sa jeunesse. Celui de l’équitation principalement, et ce, jusqu’à ce qu’un choix s’impose: «Je devais augmenter mes entraînements d’équitation pour pouvoir aller aux Championnats de France tout en gardant le même nombre d’entraînements de trampoline, puisque je visais les championnats du monde. La question ne s’est pas posée très très longtemps, je me suis orientée vers le trampoline!»

La vice-championne du monde Émilie Duclay dans ses œuvres. © Grace Chiu
Publicité

Si Émilie Duclay n’a jamais pu prendre part aux Jeux Olympiques, elle a goûté à l’univers des World Games, une compétition qui regroupe tous les quatre ans les disciplines non olympiques mais candidates à intégrer les JO. «Y participer était une grande satisfaction. J’ai même terminé ma carrière aux World Games en 2009», raconte celle qui fut également plusieurs fois championne de France et une fois vice-championne du monde par équipes, incontestablement l’un des moments forts de sa carrière.

Aux couleurs de la France. © Grace Chiu

Reconversion au Banné
Après sa carrière sportive, Émilie Duclay devient directrice de la communication à la Fédération française de gymnastique. Quelques années plus tard, après s’être installée en Suisse avec son compagnon rencontré lors d’un concours, elle retourne sur les bancs d’école pour devenir  enseignante au Collège Stockmar, à Porrentruy. Et le naturel revenant toujours au galop, Émilie Duclay rebondit une fois de plus en montant une section trampoline au sein de la Gym-Sport Porrentruy, la seule du Jura. «L’ambiance dans la société est vraiment top. C’est convivial, dynamique», s’enthousiasme-t-elle. Une deuxième famille? «Je n’en suis pas encore là, parce que ma famille, c’est Nevers. Mais quand je vois des jeunes comme Damien Mosser qui s’investissent et qui donnent autant de temps pour cette société, je ne peux être qu’admirative.»

Maxime Rérat

Article paru dans notre édition abonnés n° 491 du 4 avril 2019

Publicité