Èt bèyies-vôs lai main… èt bèyies-vôs lai main!

© Colin Girard
Publicité

DISTRICT Presque toujours lorsque résonnent les premières mesures de la Rauracienne, les corps se redressent et les mains se lient. À la fois symbole de lutte et chant de victoire, l’hymne du Jura est au centre aujourd’hui de la traditionnelle chronique de notre inénarrable patoisant Michel Cerf, alias L’micou.

Cés mains y’vèes, que sarrant d’âtres mains, cés r’dyaids rempâchus de fraternitè èt de tchalou… Lo tiûere que bait tot traibi… Mon Dûe, tot çoli ne vait’pe péssaie en lai traippe è case d’ènne poûerie de virus! Vôs airéz compris qu’i djâse de not’ Novèlle Rauracienne, que se trove fruchtrèe pai lés dirètives de nôs diridgeous! Nôs vétçhians dés temps bïn dûs, mains nôs en v’lans paitchi, è fât i craire… èt po péssaie l’temps, c’ment moi, aimusèz-vôs aivôs tos lés dgèstes que nôs fains, â long d’ènne annèe aivô nôs doigts èt nôs mains. Çoli èc’mence â bré, aivô lo peûce dains lai boûetche. Bïntôt en l’écôle, lés afnats daint y’vaie lai main, po répondre en lai métrâsse o po allaie â p’tèt câre aivaint que d’pichie és tiulattes… Di temps di quât d’houre, po coéyenaie, ès montrant yôs caim’rades aivô l’indèchque èt l’glïnglïn en diant «Foui lés écoûenes»!

An fait mitnaint de tos bés dgèstes en fromant ïn tiûere aivô lés dous mains… o ïn tot croûye, qu’è fât dénoncie, en y’vaint lo maîdjou, ci doigt di moitan de lai main, tiaind an veut aiccompaignie ènne grochiertè.

Publicité

Dès peus dgèstes, è i en é aivu, tot â long de l’Hichtoire. Brais èt main tendus en avaint, c’ment lo salut nazi, o pong yevè en signe de révolte èt de mutinerie. Ci dgeste di pong yevè, c’ment lés sarrements de main de lai Rauracienne, ât ïn sïngne tchairdgie de seins èt d’émochion. È peut achi étre bïn aimiâle c’ment dains ç’te tchainson d’Amel Bent, voù lo pong montre lai yune en dyije de philosophie… Lo peûce yevè po râtaie ènne dyïmbarde, l’indèchque tendu que montre lo tch’mïn è pare, ç’tu di moitan que d’moére lo pu mâ èy’vè, ç’tu que poétche lai baidye de mairiè èt lo p’tè glïnglïn po nenttayie lés arayes… tos nôs doigts aint ènne yutilitè. Èt tiaind ès sont manoeuvrès poi ènne aivetchi dgens, és permâttant és sodges èt peus muats de se compare èt de djasaie entre yôs.

Dains lo sport, lès dgèstes sont brâment yutiles. Tiu ât-ce que ne coégnât’pe lo «moûe-temps», main tendue posèe tchu l’âtre main drassie? Ran qu’ènne poingnie de s’condes que poyant tchaindgie lo coé d’ènne paitchie. Dains lai laindye de tos lés djoués, brâment d’èchprèchions aint r’coué en lai main o és doigts. Dïnche vôs cognâtes: ç’t’hanne é lai main tchu l’tiûere, pâre son coraidge è dous mains, botaie lai main en lai baigatte, en v’ni és mains… Che vôs botèz lai main en lai pâte, vôs en v’lèz trovaie d’âtres, hât la main !

Mais po en r’veni en not’ tchaint de lai Rauracienne, chi an veut bïn botaie lo doigt tchu lai piaîe èt d’moéraie unis c’ment lés doigts d’lai main, ne nôs léchans’pe trop grand coitchie l’moére dains ènne vésaidgiere èt dains lai djoûe de lai libretè dur’ment diaingnie… bèyans-nôs lai main!

L’micou

 

Et donnez-vous la main… et donnez-vous la main!

Ces mains levées, qui serrent d’autres mains, ces regards remplis de fraternité et de chaleur…Le coeur qui bat tout émotionné… Mon Dieu, tout cela ne va pas passer à la trappe à cause d’une saleté de virus! Vous aurez compris que je parle de notre Nouvelle Rauracienne, qui se trouve frustrée par les directives de nos dirigeants!

Nous vivons des temps bien durs mais nous en sortirons, il faut y croire… et pour passer le temps, comme moi, amusez-vous avec tous les gestes que nous faisons, au long d’une année, avec nos doigts et nos mains. Ça commence au berceau, avec le pouce dans la bouche. Bientôt à l’école, les enfants doivent lever la main pour répondre à la maîtresse ou pour aller au petit coin avant de pisser aux culottes. Pendant la récréation, pour chicaner, ils désignent leurs camarades avec l’index et le petit doigt en disant «Foui les cornes»! On fait maintenant de tout beaux gestes en formant un coeur avec les deux mains… ou un tout vilain, qu’il faut dénoncer, en levant le majeur, ce doigt du milieu de la main, quand on veut accompagner une grossièreté.

Des vilains gestes, il y en a eu tout au long de l’Histoire. Bras et main tendus en avant, comme le salut nazi ou poing levé, en signe de révolte et de mutinerie. Ce geste du poing levé, comme les serrements de main de la Rauracienne est un signe chargé de sens et d’émotion. Il peut aussi être bien agréable, comme comme dans cette chanson d’Amel Bent, où le poing montre la lune en guise de philosophie… Le pouce levé pour arrêter une voiture, l’index tendu qui montre le chemin à prendre, celui du milieu qui demeure le plus mal élevé, celui qui porte la bague de marié et le petit glinglin pour se nettoyer les oreilles… tous nos doigts ont leur utilité. Et quand ils sont manoeuvrés par une personne avertie, ils permettent aux sourds-muets de se comprendre et de parler entre eux.

Dans le sport, les gestes sont très utiles. Qui ne connaît pas le «temps mort», main tendue posée sur l’autere main dressée? Rien qu’une poignée de secondes qui peuvent changer le cours d’une partie. Dans la langue de tous les jours, beaucoup d’expressions ont recours à la main et aux doigts. Ainsi vous connaissez: cet homme à le coeur sur la main, prendre son courage à deux mains, mettre la main à la poche, en venir aux mains…Si vous mettez la main à la pâte, vous en trouverez d’autres, haut la main!

Mais pour en revenir à notre chant de la Rauracienne, si on veut mettre le doigt sur la plaie et rester unis comme les doigts de la main, ne nous laissons pas trop longtemps cacher le visage par un masque et, dans la joie de la liberté durement gagnée… donnons-nous la main!

L’micou

Publicité