Ferdinand Raspieler lo premier graiyenou di patois

Publicité

De lai vie de Ferdinand Raspieler an ne coégnât que bïn pô de tchôses. Sai faimille était airrivèe tchus lés rives di Doubs, è Lobchez, de lai san de Soubey, vâs lés annèes 1700. Èlle y diridgeait ènne varrerie. Ferdinand tchoit è Sïnt-Ochanne en 1696. Tçhittaint lai varrerie, è se vie en lai prétrige. È feut tiurie de Courroux djainqu’en sai moûe, en 1762. Raspieler é aidé graiyenè totes soûetches de livres tchus lai r’lidgion. En patois, an y dait ïn glossaire èt dés prâdges qu’an peu craibïn trovaie ès airtchives. Mains ç’ât po ènne soûetche de poéme en patois, «Lés painies», qu’èl ât coégnu. Tot graiyenè aivô dés laignes de doze pies (alexandrins), «Les painies» ât aivu compojè en premie poi J.-L. Bisot dains ïn patois de B’sançon. Raspieler l’é r’mânuè èt botè en patois de Courroux, mains ç’n’ât que bïn pu taid, en 1849, qu’èl ât aivu pubyiè poi lai «Société Jurassienne d’Emulation». Son présideint, Xavier Kohler, raiconte, dains son ambrue, qu’ès aint aivu di mâ de trovaie dés dgens que djasïnt prou lo patois po en faire ènne traduchion en frainçais. Ç’ât dire chi è y é grant que not’ patois ât en daindgie d’étre décombrè!

Dains ci poéme, Ferdinand Raspieler, en bon tiurie qu’èl ât, s’en prend ès fannes èt en yot’ mainiere de s’véti. Ç’était encoé ïn temps voù lai fanne était raivoétè c’ment lo diaile… èt voù è s’y trovait dés dgens po prétendre qu’èlle n’aivait’p’ d’aîme! Dali, è djase d’ènne fanne, v’ni craibïn d’lai vèlle, èt que poétchait dés lairdges reubes que r’posïnt tchus dés vardges de saces. Çoli r’sannait en dés pnies. Po Raspieler, lés fannes que poétchïnt cés reubes aivïnt tos lés défâts, èt djemais èlles ne porraint airrivaie â Pairaidis. Voili (graiyenè c’ment en 1736) ço qu’è raiconte de l’aitieuye de lai fanne â Pairaidis:

Ha, ça, ça ! an vo vai aimusé ci po rire
Maidaime, an vo fairon gréyie, reuti et frire
Vos modes et vos piaijis n’ain pe durie long-temps
Ç’at mitenain qu’ai fâ pueré vo ris d’aintemps

Publicité

Po nôs raicontaie cés salaidges, èl é fâte ran moins que de 760 «alexandrins». Ci poéme é dali ènne grante valou po lai coégnéchaince di patois, mais po lés yeçons tchus lai mainiere de s’compoétchaie dains lai vie, an n’lés sairait aidmâttre…

Dains ïn âtre biat, i vôs djaserai de Léon Vatré.

L’micou

 

TRADUCTION:

Ferdinand Raspieler, le premier écrivain en patois

De la vie de Ferdinand Raspieler on ne connaît que bien peu de choses. Sa famille était arrivée sur les rives du Doubs, à Lobchez, du côté de Soubey, vers les années 1700. Elle y dirigeait une verrerie. Ferdinand naît à Saint-Ursanne en 1696. Quittant la verrerie, il s’oriente vers la prêtrise. Il fut curé de Courroux jusqu’à sa mort, en 1762. Raspieler a toujours écrit toutes sortes de livres sur la religion. En patois, on lui doit un glossaire et des sermons qu’on peut sans doute trouver aux archives. Mais c’est pour une sorte de poème en patois, «Les paniers» qu’il est connu. Entièrement écrit en alexandrins, «Les paniers» a été composé, en premier, par J.-L. Bisot, dans un patois de Besançon. Raspieler l’a remanié et mis en patois de Courroux, mais ce n’est que bien plus tard, en 1849 qu’il a été publié par la «Société Jurassienne d’Emulation». Son président, Xavier Kohler, raconte, dans son introduction, qu’ils ont eu du mal de trouver des gens qui parlaient assez le patois pour en faire une traduction française. C’est dire s’il y a longtemps que notre patois est en danger de disparition!

Dans ce poème, Ferdinand Raspieler, en bon curé qu’il est, s’en prend aux femmes et à leur manière de s’habiller. C’était encore une époque où la femme était regardée comme le diable… et où il se trouvait des gens pour prétendre qu’elle n’avait pas d’âme! Dès lors, il parle d’une femme, venue sans doute de la ville, et qui portait de larges robes qui reposaient sur des verges d’osier (crinolines). Cela ressemblait à des paniers. Pour Raspieler, les femmes qui portaient ces robes avaient tous les défauts, et jamais elles ne pourraient entrer au Paradis. Voici (écrit comme en 1736) ce qu’il raconte de l’accueil de la femme au Paradis :

Ha ! Ça, ça ! On vous va amuser ici pour rire,
Madame, on vous fera griller, rôtir et frire ;
Vos modes n’ont pas duré longtemps,
C’est maintenant qu’il faut pleurer vos rires d’autrefois.

Pour nous raconter ces salades, il a besoin rien moins que de 760 alexandrins. Ce poème a une grande valeur pour la connaissance du patois, mais pour les leçons sur la manière de se comporter dans la vie, on ne les saurait admettre…

Dans un autre billet, je vous parlerai de Léon Vatré.

L’micou

 

Vôs peutes eur'trovaie tot ci poéme tchus Djasans, en l'aidrasse :

http://www.image-jura.ch/djasans/spip.php?article220 

 

R’mairtçhe: È y é aivu pus d’ènne varrerie tchus lés rives di Doubs. Ç’ât pus è case dés grants bôs que bèyïnt lo bôs po léchie fondre lo varre qu’è case de lai r’viere: Lobschez, Biaufond, èt en Franche-Comté, Caborde èt Essart-Cuenot. En ci d’rie yûe, an on prôdu di varre po lés f’nétres djainqu’en 1840.

Remarque: Il y a eu plusieurs verreries au long du Doubs. C’est plus à cause des grandes forêts dont on extrayait le bois pour fondre le verre qu’en raison de la présence du cours d’eau: Lobchez, Biaufond, et en Franche-Comté, Caborde et Essarts-Cuenot. Dans ce dernier lieu, on a produit du verre à vitre jusqu’en 1840.

Publicité