«Hiver à Sokcho» sur les planches

De gauche à droite: Frank Semelet, Isabelle Caillat, Élisa Shua Dusapin et Pitch Comment. © Fugu Blues Productions

AJOIE La saison des «Midi, Théâtre!» reprend tout bientôt. Pour le premier rendez-vous, les 3 et 4 décembre à l’Inter, les Ajoulots seront en terrain connu. À l’affiche en effet, une adaptation d’Hiver à Sokcho, d’Élisa Shua Dusapin, de Bressaucourt, par le comédien natif de Cornol Frank Semelet et avec le dessinateur bruntrutain Pitch Comment!

C’est sans doute une évidence, mais précisons-le tout de même et tout de suite: ce n’est pas parce qu’ils sont Ajoulots que Frank Semelet a choisi de travailler avec Élisa Shua Dusapin et Pitch Comment. C’est le hasard, ou le destin, appelez-le comme vous voulez, qui a fait que peu après une proposition de Marie-Claire Chapuis, la responsable du Centre culturel du district de Porrentruy, de  monter un «Midi, Théâtre!», le comédien natif de Cornol a lu Hiver à Sokcho, le roman plusieurs fois primé d’Élisa Shua Dusapin. Et la magie a opéré: «J’ai beaucoup aimé le livre et j’ai tout de suite senti qu’il y avait dans ce roman quelque chose de cinématographique, de théâtral», raconte Frank Semelet. Et surtout, «j’ai tout de suite imaginé Pitch. Je le voyais dessiner des choses, dès le début ça m’a paru clair».

L’aboutissement de cette idée, les spectateurs le découvriront très bientôt, à l’Inter à Porrentruy tout d’abord, où sera créé le spectacle les 3 et 4 décembre (hélas les trois représentations sont déjà complètes!), puis à Delémont et ailleurs en Suisse romande où ce premier «Midi, Théâtre!» de la saison tournera jusqu’au 19 décembre.

Une adaptation ludique

Ceux qui ont lu Hiver à Sokcho le savent, le roman d’Élisa Dusapin relate la rencontre entre une jeune Coréenne et un voyageur français, dessinateur de bandes dessinées, dans une petite ville de Corée du Sud. C’est un roman d’atmosphère, lent et un peu mélancolique. «Nous, parce qu’on est dans le cadre particulier du «Midi, Théâtre!», il a fallu qu’on ajoute quelques touches d’humour, un peu de pep», explique Frank Semelet. Une «adaptation ludique», selon ses propres termes, qui ne trahit cependant pas l’esprit de l’auteure, et pour cause: elle y a elle-même collaboré.

Et Pitch dans tout cela? Eh bien il fait ce qu’il sait faire le mieux: dessiner, sur sa tablette, des éléments du décor qui sont projetés sur un grand écran à l’arrière-plan de la scène. «On est vraiment amis tous les deux, précise Frank Semelet. C’est un nouveau challenge pour lui, mais il a tout de suite été emballé.»

Fugu Blues Productions à Porrentruy

Le challenge est nouveau également pour Frank Semelet, qui endosse ici pour la première fois le costume de metteur en scène, en plus de cosigner l’adaptation et d’interpréter le rôle masculin de la pièce. Comment a-t-il vécu cette polyvalence? «Je me serais volontiers passé d’être acteur, avoue-t-il, mais le budget ne le permettait pas. L’adaptation, ça me paraissait logique. Et metteur en scène, c’est un autre métier, mais j’ai aimé la direction d’acteurs.» Il ne ferme donc pas la porte à une prochaine fois, au gré des projets qui se présenteront.

Quoi qu’il en soit, la création d’Hiver à Sokcho laissera des traces dans l’histoire du comédien, puisqu’elle l’a amené à créer sa propre compagnie. Fugu Blues Productions, c’est son nom, basée à Porrentruy, «ambitionne en priorité de faire rayonner les artistes jurassiens». Avec cette première production presque 100% ajoulote (le rôle féminin est tenu par la Genevoise Isabelle Caillat), on ne pourra pas lui reprocher de ne pas tenir parole!
Un article de Claire Jeannerat, publié le 15 novembre 2018, N°473

miditheatre.ch