Il faut sauver le Stamm Studio

Le Stamm Studio à Porrentruy, un lieu prisé pour des résidences artistiques. Charlotte Riondel © Stamm Studio

PORRENTRUY C’est un lieu culturel pas tout à fait comme les autres, puisque dévolu à la création plus qu’à la diffusion. En quatre ans d’existence, le Stamm Studio a démontré sa raison d’être, puisque les demandes pour des résidences ne cessent d’affluer. Mais le collectif qui l’anime, aspiré par d’autres projets, cherche un repreneur.

«Pourquoi faut-il que ça continue? Parce qu’il y a un besoin d’espaces de travail pour les artistes, pas seulement dans la région mais partout en Suisse». La Bruntrutaine Charlotte Riondel en sait quelque chose, à la fois en tant que professionnelle des arts de la scène et fondatrice du Stamm Studio. Le Stamm Studio, c’est une association et un lieu installé au numéro 21 de la route de Courgenay, à Porrentruy, dédié à l’accueil d’artistes pour des résidences. Des artistes visuels et des compagnies de théâtre et de danse, venus des cantons du Jura, de Genève et de Vaud principalement, y ont séjourné depuis son ouverture en 2013, et la demande ne faiblit pas: «L’année passée nous avons moins communiqué et pourtant le lieu a été occupé un tiers du temps», indique Charlotte Riondel. Il l’a même été depuis le début de l’année, malgré «l’essoufflement» qui touche l’équipe. «Grâce aux soutiens que nous avons, nous pratiquons des prix bas, et les gens apprécient aussi en venant ici de pouvoir se plonger à 100% dans le travail, de sortir de leur quotidien. C’est vraiment précieux.»

Les conditions du succès sont réunies

Si le Stamm Studio se cherche actuellement un (ou des) repreneur(s), ce n’est donc pas par manque d’activité mais parce que les six fondateurs se sont aujourd’hui dispersés aux quatre coins de l’Europe au gré de leurs parcours professionnels. Un appel a été lancé la semaine dernière, les intéressés ont jusqu’au 18 mai pour se faire connaître. Et quelles sont les conditions qui les attendent? «Pour nous ce serait chouette que ça reste le Stamm Studio, mais on est ouvert à d’autres propositions, du moment que ça reste un espace de travail pour les artistes, explique Charlotte Riondel. De notre côté, on offre un lieu et une association de 60 membres, ainsi que notre appui et celui du fOrum Culture pour la partie administrative. Tout est réuni pour ça se passe bien, en tout cas ce sont des conditions que j’aurais aimé avoir quand on a commencé!» Ajoutons qu’il n’y a qu’une seule alternative: si la perle rare ne se présente pas, le Stamm Studio fermera ses portes.

Un article par Claire Jeannerat, publié le 9 mai 2018, N° 448

Plus d’infos sur le site www.forumculture.ch