Il représente le HC Ajoie dans une compétition de jeu vidéo

Antoine Billarant
Antoine Billarant a remporté le tournoi qualificatif pour représenter le club ajoulot. Copyright : HC Ajoie
Publicité

DISTRICT Pour la première fois de l’Histoire, Antoine Billarant a défendu les couleurs du HC Ajoie dans le jeu vidéo NHL 2022, dans le cadre du championnat de e-National League, la compétition suisse de sport électronique (e-sport). Le joueur semi-professionnel nous parle de son parcours et de sa pratique.

Antoine Billarant porte les couleurs du HC Ajoie… en ligne. Son domaine, l’e-sport, est une pratique qui a le vent en poupe. Le Lausannois de 26 ans explique: «C’est une version compétitive des jeux vidéo. Il ne s’agit plus de jouer pour le loisir. Il y a un entraînement poussé, l’idée est de participer à des compétitions pour s’améliorer. Ce n’est pas juste s’asseoir sur une chaise et jouer: il y a un aspect mental très marqué, les joueurs d’e-sport doivent aussi travailler l’aspect psychologique. Personnellement, je dirais que c’est 70% de mental et 30% de préparation physique – donc d’entraînement avec la manette.»  

Un contrat de deux ans

Publicité

Mais comment devient-on joueur semi-professionnel? Le Lausannois revient sur son parcours: «Au début, je jouais par passion avec des amis, pas forcément régulièrement. J’ai commencé à avoir un certain niveau et à faire des compétitions. J’ai remarqué que je gagnais et que je pouvais tenir les meilleurs joueurs d’Europe. Je me suis donc dit qu’il pouvait être intéressant de pousser le projet un peu plus loin.»

L’année passé, il participe au tournoi qualificatif de la e-National League, dans le but de représenter une équipe suisse. «Je voulais jouer pour Lausanne, mais je n’ai pas été qualifié. J’ai décidé de tenter ma chance pour le HC Ajoie. J’ai gagné la compétition et le club m’a contacté et proposé un contrat de deux années.»

S’entraîner mais aussi analyser

Antoine Billarant n’est pas coaché par un professionnel. Il pratique sa passion en moyenne une heure par jour: «J’essaie d’affronter les meilleurs joueurs suisses en ligne, et notamment de faire des petites compétitions. Je me suis aussi passablement entraîné contre les Finlandais et Suédois.» En parallèle, il analyse les statistiques des joueurs du HC Ajoie sur le jeu. Une nécessité: «Par exemple, entre Zurich – une des meilleures équipes de la ligue –  et Ajoie, il y a de grandes différences. J’ai passé la saison avec des joueurs moins bons, je partais avec un petit handicap. Il est donc important d’étudier l’équipe, les caractéristiques de vitesse et d’endurance de chaque joueur, afin de mettre au point une stratégie. L’idée est d’optimiser l’équipe, de savoir comment placer les joueurs sur la glace. Finalement, le but est de battre les meilleurs.»           

Pour cette première saison, Antoine Billarant s’était fixé comme objectif de se qualifier pour les play-offs, qu’il a ratés d’un petit point.  Toutefois, le Lausannois tire un bilan positif: «J’ai remarqué que j’avais un bon niveau, donc j’ai une chance de réussir la prochaine saison. Que ce soit au niveau de mon jeu ou de l’organisation, tout a bien fonctionné. J’ai été bien encadré par mon équipe, et pas mal de spectateurs sont venus voir mes matchs en streaming sur la plateforme Twitch. C’est une bonne expérience.»

Kathleen Brosy 

Publicité