Publicité

I muse que c’ment moi vôs éz piaigi èt détieuvri lo patois pailè pai nôs végïns l’aimis de l’âtre san de lai frontiere. Ç’tu qu’ât lo pus preutche, ât craibïn ç’tu qu’an peut oyi è Délle, Montbiaid o Béfoûe. Nôs eur’troves aivô lai rotte dés Patoisaints « dâ trô R’vères » (Val d’Ajol) nôs é fait cognâtre ïn patois tot achi rètche èt preutche de nôs. I vôs en bèye âdj’d’heû ïn ésempyeé, tirie d’ïn r’tieuyerat d’ « Histouères dé Ché Nô »

Ène jouerie dé câdes

– Ah, té ouèlà, è y é longtemps qu’i n’t’évô mi vu!

– Bé oui, lé temps pesse, è fâ neuye dé bouène houre, on s’rétrand pu tâut conte lé founot, et peu ouèlà quoi, lâs jounaies péssant dinâ!

Publicité

– Pou ïn pau, i éraû v’nu té ouère è la fïn dé lè s’maine péssaie, mâ i étaû èrhima, alors, lé so, cè n’mè d’hhé pu dé sauta fieu!

– Té s’raû v’nu, té m’éraû treuva en train dé jouâ à câdes dévô lâs fommes di Vo d’éjaû!

– Pouqulé? Té joue â cades ti?

– Bié hhur, i a quouètes bouènes rahhons dé jouâ â cades: jé, cè fâ di bié pour mouônier lâs dos, ç’o ïn bouen r’mèdes conte lâs rumatisses, et peu cè te fâ trèveillé lè mémouère, è faut calculâ, compta, ço vraiment bouen pou lè téte. De pu, on rie quoi bié, alors cè vaut ïn steack. Peu ç’o bouen pou lé moral, è nôs l’ont dit è l’atelier «Biè v’ni veil y Vo d’éjaû»: quand lé moral vé, tortaû vé bié!

– Te té gaigné?

– Oh bé non, mi dé trop, i n’oueillaû pouen dé jeuye! I m’déhhaû: ç’a mi pâssive de ouère céla, ouère-dieuve dans lâs mains, pouen d’réleuve, i hheya célà quand ran né pésse.

[…]

Ènne paitchie de câtches

– A te voili, è y é grant qu’i ne t’aivôs’pe vu!

– Bïn aye, lo temps pésse, è fait neût de boénne houre, an se r’trove pu tôt â care di fûe, èt peu voili quoi, lés djoénèes péssant dïnche!

– Po ïn pô, i s’rôs allè te voûere en lai fïn de lai d’riere s’nainne, mains i étôs lôpinne, dali, lo soi, i n’aivôs pu envie de paitchi!

– Te s’rôs v’ni, te m’airôs trovè en train de djûere és câtches aivô lés fannes di Val d’Ajol!

Poquoi, te djûes és câtches toi?

Bïn chur, i aî quaitre boénnes réjons d’y djûere : dje, çoli fait di bïn de main’laie  lés doigts, ç’ât bon po lés rhumatisses. È peu çoli fait traivaiyer lai mémoûere, è fât calculaie, comptaie, c’ât brâment bon po lai téte. En pu, an rit encoé bïn, dali, çoli vât ïn  steak. Èt enfïn, ç’ât bon po l’aigrun, ès nôs l’aint dit, en l’ait’lie « bïn v’ni véye â Val d’Ajol » : tiaind l’aigrun vait, tot vait bïn!

– Ât-ce que t’ès diaignie?

– O mains nian, pe trop, i n’aivôs de djûe! I m’diôs : ç’n’ât’pe possibye de voûere çoli, peu grant’chose dains lés mains, pe de r’yeuve, i détèchte tiaind ran ne se pésse.

[…]

L’micou


TRADUCTION

Un patois, toujours à l’image de son coin de pays

Je pense que, comme moi, vous avez plaisir à découvrir le patois parlé par nos
voisins, de l’autre côté de la frontière. Celui qui est le plus proche, est sans
doute celui qu’on peut entendre à Delle, Montbéliard ou Belfort. Nos rencontres
avec l’amicale des «Patoisants des Trois Rivières» (Val d’Ajol) nous ont fait
connaître un patois tout aussi riche et proche de nous. Je vous en donne
aujourd’hui un exemple, tiré d’un recueil d’ «Histoires de chez nous»

Une partie de cartes

– Ah, te voilà, il y a longtemps que je ne t’avais pas vu !
– Et bien oui, le temps passe, il fait nuit de bonne heure, on se retrouve plus
tôt près du fourneau, et puis voilà quoi, les journées passent ainsi !
– Pour peu, je serais allé te voir à la fin de la semaine dernière, mais j’étais
enrhumé, alors, le soir, je n’avais plus envie de sortir !
– Tu serais venu, tu m’aurais trouvé en train de jouer aux cartes avec les
femmes du Val d’Ajol !
– Pourquoi ? Tu joues aux cartes, toi ?
– Bien sûr, j’ai quatre bonnes raisons d’y jouer : déjà ça fait du bien de
manipuler les doigrts, c’est bon pour les rhumatismes. Et puis ça fait travailler
la mémoire : il faut calculer, compter, c’est vraiment bon pour la tête. De plus,
on rit encore bien, alors, ça vaut un steak. Et enfin, c’est bon pour le moral, ils
nous l’ont dit à l’atelier « bien vieillir au Val d’Ajol » : quand le moral va, tout
va bien !
– Est-ce que tu as gagné ?
– Oh mais non, pas trop, je ne voyais (touchais) pas de jeu ! Je me disais : ce
n’est pas possible de voir ça, pas grand chose dans les mains, pas de relève,
je haïs quand rien ne se passe.

NB : On remarque que l’orthographe patoise n’est pas le souci des auteurs,
comme chez nous, avant Vatré. De même, les accords de genre et de
nombre sont rares.

 

Publicité