«J’ai la chance d’avoir toujours été soutenue»

Justine Sollberger évolue dans les rangs d'Elfic Fribourg. © Elfic Fribourg
Publicité

PORRENTRUY Rendons-nous du côté de Fribourg pour retrouver la Bruntrutaine Justine Sollberger, basketteuse à Elfic Fribourg. Rencontre avec l’ambitieuse sportive de 21 ans.

Étudiante en sport et en mathématiques à l’université de Fribourg, Justine Sollberger est passionnée par le basketball. C’est peu de le dire. En plus d’étudier le sport, cette dernière s’entraîne plus de sept fois par semaine et cela sans compter les matchs! La jeune femme joue même dans deux équipes, ce qui l’oblige parfois à enchaîner deux matchs par week-end. Sans compter les déplacements à l’extérieur parmi les six équipes du championnat qui comportent: Aarau, Trois-Torrents, Helios, Nyon, Lausanne et Fribourg. Difficile donc pour la Bruntrutaine de rentrer le week-end dans son Jura natal! «Le basket, c’est toute ma vie», confie la jeune femme. 

Pour son sport, Justine est donc pleine d’ambition. Et ce qui la passionne dans son sport ? «Même si on est à 20 points de différence à la mi-temps ce n’est pas fini pour autant. De plus, le basket est un sport assez spectaculaire avec ses shoots à trois points, ou encore les dunks

Publicité

Un soutien familial

Le basketball, une affaire importante chez les Sollberger? «J’ai la chance d’avoir mes parents qui m’ont toujours soutenue dans mon sport.» Justine a aussi un frère avec lequel elle s’entend particulièrement bien: Johan défend quant à lui les couleurs du BC Boncourt. Après avoir essayé plusieurs sports comme l’athlétisme, le tennis, la natation ainsi que la danse, c’est à l’âge de sept ans que Justine a fait ses premiers pas avec un ballon orange . 

Après avoir porté le maillot des jeunes du BC Boncourt jusqu’à ses 15 ans, Justine Sollberger a troqué le rouge du BCB contre le blanc du centre de formation de l’Elfic Fribourg. Pas trop dur de changer de canton, de lycée et même de famille? Justine a rejoint une famille d’accueil durant trois années. «Au début, c’était hyper compliqué car je ne connaissais personne, tant à l’école qu’au basket. Je n’avais vraiment personne sur qui m’appuyer», confie la sportive.

De belles rencontres

Chemin faisant, celle qui joue ailière et parfois meneuse a su se faire sa place au sein de l’équipe fribourgeoise, l’Ajoulote effectuant actuellement sa troisième saison en Ligue Nationale A. Cette dernière garde (pour l’instant) comme point d’orgue de sa carrière son premier panier à trois points en finale de Coupe suisse à Genève. Justine est encore jeune mais elle a déjà pu affronter certaines personnalités du basket européen comme l’Américano-serbe Yvonne Anderson. La joueuse du Besiktas JK avait impressionné Justine: «Quelques semaines après le match, je l’ai vue jouer lors des Jeux olympiques de Tokyo.» La Bruntrutaine a aussi la chance d’avoir joué aux côtés de Marielle Giroud, celle que beaucoup d’observateurs du basket helvétique considèrent comme la meilleure joueuse suisse du championnat. 

Pour le coach de la première équipe d’Elfic Fribourg, Romain Gaspoz, Justine dispose d’un  «très bon Q.I Basket». Mais qu’est-ce que cela veut dire? «Justine possède une bonne vision du jeu en plus de sa grande adresse et de sa qualité de tir.» Selon l’ancien entraîneur du BC Boncourt, Justine est aussi très investie dans la vie du club et amène passablement de qualités aux entraînements. 

Et la suite? Justine ambitionne de devenir coach, un jour. La jeune basketteuse nous avoue qu’entraîner une équipe de LNA serait l’un de ses rêves. Mais pour l’heure, l’Ajoulote souhaite avant tout jouer: à 21 ans, l’ailière a encore une belle carrière devant elle. 

Arnaud Juillard

L’Ajoie de Justine Sollberger

Son restaurant ajoulot préféré: Le Régional à Alle
La personnalité ajoulote qui l’a marquée: Geoffrey Vauclair
Sa société ajoulote de cœur: le BC Boncourt
Son village ajoulot préféré: Courgenay
Un événement ajoulot incontournable: la Braderie

Publicité