«Jamais je n’aurais pensé monter un jour sur scène»

Les membres presque au complet du Collectif 7e Case. © Collectif 7e Case

PORRENTRUY Ils sont quatorze à prendre part à une aventure musicale qu’ils n’avaient pas forcément imaginé vivre un jour. Cerise sur le gâteau, les membres du Collectif 7e Case viennent tout juste de sortir un disque, qui sera verni les 27 et 28 avril.

Magali est catégorique: «Jamais je n’aurais pensé monter un jour sur scène. C’était impensable pour moi. Je prenais mes cours tranquillement, je chantais avec ma guitare à la maison quand le reste de la famille n’était pas là et ça m’allait bien!» Mais ça, c’était avant que Jean-Pierre Robert, musicien et professeur de musique que l’on ne présente plus, ne vienne mettre son grain de sel dans l’histoire. «J’ai des élèves qui ont quelque chose en plus que les autres. Quand je les écoute, je me dis: “Waouh, ça sonne!” Et il y a quelques années, j’ai commencé à les enregistrer.» Et une chose en entraînant une autre, les enregistrements ont donné lieu à de petits concerts puis, en début d’année, à la création d’un collectif. Une association de musiciennes et de musiciens amateurs nommée Collectif 7e Case et présidée par Magali Rérat.

Répertoire et légitimité

Fort d’une petite quinzaine de membre, le Collectif 7e Case a des buts précis, mais variés. «Quand on est musicien, le but suprême c’est de jouer sur scène, devant un public.

© Collectif 7e Case

Mais le problème, c’est qu’il ne suffit pas de savoir jouer. Il faut monter un répertoire, trouver des dates de concert, etc. L’avantage du collectif, c’est que, tous ensemble, on a un répertoire et, par conséquent, une légitimité pour se produire sur scène», explique Jean-Pierre Robert. Et une fois le baptême du feu affronté, les appétits musicaux des membres du collectif ont tendance à s’aiguiser. «On a tous envie de continuer, de remonter sur scène, de jouer devant un public. Mais encore une fois, si vous m’aviez dit ça il y a quelques années…»

 

Pour Magali Rérat et les autres, le Collectif 7e Case est une vraie opportunité. Une manière de sortir de sa zone de confort, d’apprendre de nouvelles choses, de rencontrer de nouvelles personnes. «Avant le collectif, nous n’étions “que” les élèves de Jean-Pierre Robert. Aujourd’hui, on se connaît, on se côtoie et encore mieux, on joue ensemble! C’est magique!», s’enthousiasme Magali Rérat.

Un disque à vernir

Fort de ses premiers enregistrements et des expériences scéniques, le Collectif passe, ces jours, à la vitesse supérieure. Une étape sous la forme d’un disque qui réunit les meilleurs morceaux, principalement des reprises, des membres de 7e Case. Un disque qui sera d’ailleurs verni officiellement les 27 et 28 avril prochains à la salle des Hospitalières de Porrentruy. «Ce disque est un vrai cap. C’est la concrétisation du travail effectué jusque-là. L’étape suivante sera, pour celles et ceux qui le souhaitent et qui ne l’auraient pas déjà fait, d’écrire leurs propres compositions», commente Jean-Pierre Robert. Cette première expérience discographique servira aussi de test au collectif. «Nous en avons pressé 1000 exemplaires. C’est un peu stressant. On espère qu’il trouvera son public», indique encore Magali Rérat.

Indépendamment du succès futur du disque en question, sobrement baptisé la Zik’, plusieurs rendez-vous musicaux attendent, à court terme, les membres du Collectif 7e Case. «Nous avons déjà quelques concerts de prévus, en plus du vernissage de la fin du mois. Il y aura la fête de Fontenais en mai, la Fête de la musique à Porrentruy en juin et un concert à Vicques en octobre, entre autres», précise Jean-Pierre Robert. Une aventure musicale qui ne fait donc que commencer.

Un article de Sébastien Fasnacht, publié dans notre N°445 du 19 avril 2018


REPERES
Date de création: 5 janvier 2018
Présidente: Magali Rérat
Comité: Cassandra Hügli, secrétaire; Émilie Sangsue, caissière; Anne-Marie Theubet Schaffter, membre.
Effectif: 14 membres