La Galerie des Annonciades prend ses aises dans un nouvel espace

Légende: La Galerie des Annonciades a déménagé et redéployé son exposition sur Francis Roulin, qui du coup est prolongée jusqu'au 17 février. @ Jean-Luc Barbier

SAINT-URSANNE Désormais installée à l’entrée de la ville, au numéro 18 de la rue du 23 Juin, la Galerie des Annonciades dispose de 100 mètres carrés et 60 mètres de cimaises. Son propriétaire Jean-Luc Barbier est ravi.

Depuis le Marché de Noël, il y a un peu plus d’un mois, la Galerie des Annonciades n’est plus domiciliée à la rue du Quartier, à Saint-Ursanne. Elle s’est installée à l’entrée de la ville, dans les locaux occupés jusque-là par un magasin d’antiquités. «On me l’a proposé», se réjouit le propriétaire de la galerie Jean-Luc Barbier, enchanté de ce nouvel emplacement et de la configuration des lieux: «C’est beaucoup plus grand. Cela me permettra de présenter des tableaux que je ne pouvais pas présenter avant, des Bregnard, des Comment, d’autres artistes qui s’expriment sur des grands formats qui demandent du recul. Des sculptures aussi, avant j’étais trop à l’étroit, une sculpture il faut pouvoir tourner autour.»

De plus l’espace est divisé en trois salles, ce qui permet d’exposer plusieurs artistes en même temps, comme c’est le cas actuellement. La grande salle est occupée par l’exposition «Francis Roulin, 40 ans de création», qui réunit des huiles, aquarelles, dessins, estampes, tapisseries et sculptures de cet artiste neuchâtelois, et qui sera d’ailleurs prolongée jusqu’au 17 février. En contrepoint, les deux petites salles présentent des œuvres des peintres jurassiens Serge Voisard et Gérard Bregnard et du peintre hongrois Sigismond Kolos-Vary. Les tableaux de ces derniers sont visibles jusqu’à dimanche, après quoi ils seront remplacés par ceux de deux femmes peintres neuchâteloises, Marianne Du Bois et Janebé, qui seront visibles du 20 janvier au 17 février.

Claire Jeannerat, le 11 janvier 2018, N°431

Légende: La Galerie des Annonciades a déménagé et redéployé son exposition sur Francis Roulin, qui du coup est prolongée jusqu’au 17 février. @ Jean-Luc Barbier