L’Ajoie a un nouveau centre commercial, et il est virtuel

Yannick Farrer, l'initiateur de dansmonquartier.ch, et Manon Flückiger, chargée de projet, mettent la dernière touche à leur plate-forme commerciale. Claire Jeannerat ©Editions L'Ajoie
Publicité

PORRENTRUY Pousser la porte d’un magasin ajoulot à n’importe quel moment, soir et dimanche compris; fouiller parmi des milliers d’articles sans s’inquiéter du regard de la vendeuse; comparer tranquillement les prix avec la concurrence; et finalement réserver… ou pas: c’est désormais possible sur le site www.dansmonquartier.ch, en ligne depuis hier.

Au mois de novembre, l’annonce n’était pas passée inaperçue: on s’apprêtait à lancer à Porrentruy «le premier e-centre commercial de Suisse», un site internet qui allait rassembler les produits des commerces ajoulots à une seule et même enseigne – virtuelle.

C’est hier que la plate-forme a (enfin) été mise en ligne. Vêtements, chaussures, électroménager, jouets, cosmétiques, bijoux, articles de sport: environ 5000 articles, en comptant les différentes tailles et couleurs d’un même modèle, sont déjà visibles sur www.dansmonquartier.ch. Visibles et réservables, mais pas plus: le concept veut que le client réserve un article pour une durée de 48 heures et qu’il se rende pendant ce laps ce temps dans le magasin concerné pour un éventuel essayage et pour la concrétisation de la vente s’il le souhaite.

C’est l’histoire d’un maillot de bain

Publicité

Plus qu’un e-centre commercial, «Dans mon quartier» est donc une vitrine pour le commerce ajoulot. «On est parti de trois constatations, énumère Yannick Farrer, patron de la société JuraTronic Sàrl à Porrentruy et initiateur du projet, on ne sait pas ce qu’il y a dans les magasins de Porrentruy, on pense que c’est cher, et on ne peut y aller que quand c’est ouvert». La plate-forme se veut une réponse à ces trois observations, et ceux qui travaillent à son développement sont les premiers surpris de ce qu’ils découvrent: «Je dois l’avouer, avant de travailler sur le projet il y a des boutiques à Porrentruy que je connaissais pas», confie Manon Flückiger, directrice du projet depuis le 1er janvier. «La diversité des produits, c’est surprenant, renchérit Yannick Farrer. Et à des prix normaux.»

On trouve ainsi sur dansmonquartier.ch des maillots de bain, et c’est bien la moindre des choses puisque c’est par là que tout a commencé. Yannick Farrer sourit: «C’était à l’été 2016. Je cherchais un maillot de bain, et je suis allé voir sur Internet ce que proposaient les magasins ajoulots. Mais je n’ai rien trouvé, à part des listes de commerces qui n’étaient pas à jour et qui ne disaient même pas ce qu’ils vendaient.» L’idée d’un site lui vient aussitôt, elle démarre lorsqu’il en parle avec Méryl Beynon, commerçante à Porrentruy, quelques mois plus tard.

C’est le premier e-centre commercial de Suisse, et il est bruntrutain. ©Dans mon quartier

Des soldes et des ventes flash

Yannick Farrer et Méryl Beynon ont développé le projet avec deux autres Ajoulotes, Mélanie Berthold et Margaux Häni, toutes les deux actives dans le marketing. Il a bien sûr fallu imaginer le concept, mais aussi créer le site, contacter les commerçants, les initier au fonctionnement de la plate-forme… Résoudre la question du financement, également, «sachant qu’on ne touche rien sur les ventes», précise Yannick Farrer. Dans cette première phase c’est JuraTronic qui investit, avec le soutien financier de la Municipalité et du Canton. A l’avenir, la société (puisque Dans mon quartier devient une Sàrl) tirera ses ressources des contributions des commerçants (1500 francs au moment de l’inscription, puis 500 francs par année) et de la publicité sur le site.

Une quinzaine de commerçants sont inscrits, la plate-forme est lancée, mais il reste du pain sur la planche, le démarchage et la promotion du site, notamment. Manon Flückiger mentionne «des soldes, des concours sur notre page Facebook, la newsletter, des ventes flash». Après l’annonce de novembre, le site a enregistré 2000 visites et 200 inscriptions à la newsletter. On verra dans les prochaines semaines si cet intérêt se confirme. «Les commerçants le méritent, conclut Yannick Farrer. Les temps ne sont pas faciles pour eux, et ils sont tous super-chouettes.»

Claire Jeannerat, 25 janvier 2018, N°433

Publicité