L’Ajoulot qui a inspiré Hodler

Publicité

COURGENAY Pour réaliser l’un de ses oeuvres phares, La retraite de Marignan, le peintre Ferdinand Hodler a travaillé sur la base d’un manuscrit signé par un artiste et professeur de dessin ajoulot, dont on avait perdu la trace jusqu’il y a quelques mois. Une histoire aux accents rocambolesques et teintée de romantisme, mais bel et bien réelle.

Un article à lire dans notre édition abonnés du 29 mai.

Publicité