Le mouvement et la musique en filigrane d’une quête identitaire

Publicité

PORRENTRUY Who is Clara? ou «Qui est Clara?» en français dans le texte est la nouvelle création de Lorena Stadelmann et Josué Salomon. Un spectacle hybride, mêlant danse, théâtre, et musique organique qui a pris corps au cœur de l’Ajoie, au Stamm Studio de Porrentruy.

Ils ont passé trois semaines à travailler sur ce nouveau projet artistique avec le Stamm Studio de Porrentruy pour décor. Une résidence de création qui a permis à l’artiste jurassienne Lorena Stadelmann et au musicien ajoulot Josué Salomon de poser les bases de Who is Clara?, un voyage culturel et identitaire liant musique et expression corporelle. «Pour ce genre de projet, une résidence est fondamentale. Il aurait été impossible de travailler chacun de notre côté pour finalement mettre en commun le fruit de nos recherches respectives. Il fallait que l’on puisse partager, construire et créer ensemble», indiquent d’une seule voix Lorena et Josué. Et pourquoi Porrentruy? « » Avec la Cantine à Delémont, c’est le seul endroit dans le canton qui offre un tel espace, une telle structure pour travailler et créer. Nous connaissions déjà l’endroit pour nous y être produits, nous n’avons pas hésité longtemps», poursuivent les deux artistes professionnels.

Aucune réponse toute faite
Voilà pour la forme. Aujourd’hui, la résidence artistique est terminée et, à quelques détails près, la création est prête à être jouée sur scène. Le temps est donc venu de se pencher sur le fond des choses, histoire de découvrir qui est cette fameuse Clara? Malheureusement pour les esprits carthésiens, impatients et imperméables à la poésie, il n’existe pas de réponse toute faite à cette question. «Je m’intéresse depuis longtemps à l’épigénéalogique, cette théorie qui part du principe que l’environnement dans lequel on vit et dans lequel ont vécu nos ancêtres influence notre vie, notre ADN. Je suis donc partie d’histoires et de ressentis personnels pour créer ce spectacle», explique Lorena Stadelmann, dont le deuxième prénom est… Clara.

Publicité

Un spectacle intime mais pas autobiographique
Une création intime donc et une recherche identitaire personnelle, mais jamais autobiographique où les origines guatémalthèques de l’artiste entrent en collision avec son bagage de danseuse, le tout lié par une bande-son organique composée pour l’occasion par Josué Salomon. «Ma mission était d’habiller le tout en musique, mais pas de passer des chansons. Au départ, c’était un peu flippant car il fallait quelque chose qui puissent soutenir les moments de danses, les passages théâtraux et les monologues de Lorena. Comme elle s’est inspirée de choses très personnelles, j’ai tenté de faire pareil de mon côté.»

Le résultat de cette résidence bruntrutaine et de ce travail artistique singulier et personnel sera à apprécier en plusieurs temps: rapidement au SAS de Delémont les 6 et 7 juin et dans un peu plus longtemps à Porrentruy les 27 et 28 septembre, au Stamm Studio, en guise de retour aux sources.

Sébastien Fasnacht

Un article publié dans notre édition abonnés du 23 mai 2019.

 

Publicité