Le scoutisme, pour vivre ensemble des aventures en pleine nature

Lors du camp d'été de la Meute, c'est-à-dire l'unité des louveteaux. © Groupe Saint-Pierre
Publicité

PORRENTRUY Il est plus que centenaire, et pourtant le scoutisme n’a peut-être jamais été aussi moderne, lui qui promeut des valeurs dont tout le monde déplore la disparition dans nos sociétés: la proximité avec la nature, l’entraide, la vie en communauté. Et ça tombe bien, il existe un groupe dans le chef-lieu.

Si vous allez de temps en temps vous balader du côté de Lorette le samedi après-midi, vous êtes peut-être déjà tombé sur des groupes d’enfants ou d’adolescents en train d’observer les plantes ou de s’amuser dans la nature. Certains portaient-ils un foulard jaune et noir? Alors pas de doute, il s’agissait des membres du groupe scout Saint-Pierre, dont les locaux se trouvent dans les parages. Les scouts bruntrutains s’y retrouvent deux ou trois fois par mois. «Chaque unité peut avoir des activités différentes, mais ces locaux nous permettent de partager le goûter tous ensemble», précise Charlotte Valley, la responsable du groupe.

«Unité», dit-elle? C’est que les scouts ont leur propre jargon, qui n’est d’ailleurs pas inconnu du grand public, tant le mouvement est important: 40 millions de membres à travers le monde! Les unités correspondent donc aux différentes classes d’âge: les louveteaux, qui ont entre 6 et 10 ans, les éclaireurs (10-15 ans) et les PiCos (15-17 ans). On peut y ajouter le Clan, qui regroupe les anciens scouts.

Le scoutisme permet à l’enfant de développer trois types de relations: avec lui-même, avec les autres et avec la nature. © Groupe Saint-Pierre

Garçons et filles, les membres du groupe Saint-Pierre proviennent de tout le district; et si, comme son nom l’indique, le groupe a «un lien historique avec l’Église», il accepte des membres de toutes les confessions: «On a des valeurs communes avec l’Église, comme l’entraide et le service, et on rend des services à la paroisse. Mais nous ne sommes pas un groupe de catéchisme», lance Charlotte Valley.

Publicité

La pédagogie du scoutisme

Qui dit scout pense aussi feux de camp et totems aux noms d’animaux. Tout cela est vrai, mais les fondements du mouvement sont ailleurs. Car il y a une pédagogie du scoutisme: «Il s’agit de permettre à l’enfant de développer trois types de relations: avec lui-même, avec les autres et avec la nature», explique Charlotte Valley, alias Luciole téméraire. Cela passe par des activités qui se font dans la nature et en petits groupes. À Porrentruy, on l’a dit, c’est le samedi après-midi qu’elles ont lieu. «On va par exemple apprendre à cuisiner sur le feu, à reconnaître la faune et la flore, à soigner des petites blessures… Il y a aussi beaucoup de sport et de jeux», détaille la responsable du groupe. Le scoutisme est d’ailleurs reconnu par Jeunesse+Sport, et les responsables d’unités sont dûment formés.

Les camps sont permis les moments forts des activités des scouts. © Groupe Saint-Pierre

Tournés vers l’entraide et le service, les scouts participent aussi à des manifestations publiques: vin chaud à Noël, vente de soupe pour Terre des hommes ou encore course aux œufs dans les rues de Porrentruy en partenariat avec Jura Tourisme. N’oublions pas enfin le fameux camp, point fort de l’année. Au groupe Saint-Pierre, il y en a même deux: un au printemps, sur un week-end, et un en été, qui dure entre une et deux semaines selon l’unité. C’est là qu’ont lieu les fameuses soirées de chansons autour du feu de camp.

Apprendre à faire de son mieux

Membre du groupe Saint-Pierre depuis l’âge de 6 ans, responsable depuis le début de l’année 2019, Charlotte Valley est une fervente adepte du scoutisme: «Ça m’a permis de développer un cadre de confiance. J’ai appris à faire de mon mieux – c’est une notion très importante chez les scouts – en assumant des responsabilités. J’y ai aussi fait beaucoup de connaissances, ça crée des liens de vivre des aventures ensemble dans la forêt! Et puis il y a ce lien avec la nature, très intéressant, et qui permet de s’éloigner un peu des écrans.» Si ce plaidoyer vous a séduit, sachez que les scouts proposent trois après-midis à l’essai avant l’inscription définitive. Une raison de plus d’y réfléchir sérieusement, peut-être.

Claire Jeannerat

REPÈRES

Date de création: vers 1933
Responsable de groupe: Charlotte Valley
Responsables des unités: Valentine Valley (louveteaux); Gauthier Bader (éclaireurs); Mélodie Walzer (PiCos); Alexis Loetscher (Clan)
Effectif: 74 membres

Article paru dans notre édition abonnés n° 483 du 7 février 2019

Publicité