Lés bragous r’tendus

Publicité

PATOIS Pour sa chronique mensuelle, notre inénarrable et fidèle patoisant Michel Cerf, alias L’micou, a choisi cette fois-ci de se pencher sur un trait de caractère plutôt répandu de par le monde: la vantardise. Mais comme vous allez le découvrir ci-dessous, il vaut parfois mieux tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler ou laisser tirer le vin avant de le boire, c’est selon…

Lés gros que s’bragant sont dés côps bïn aittraipès… Voili ènne loûene raippoétchèe dains lai feuye c’ment ènne voirtè… I vôs en léche djudgie.
Ès étïns quaitre tchairboéyous, en Amérique, que f’sïnt des aiffaires è Wall Street, voù se djûe l’aiv’ni dés pus grosses foûetchunes, mains achi voû taint de croûeyes snaîdges sont imaîdginèes. C’ment qu’ès aivïnt fait ènne boènne aiffaire, ès allïnt dains in cabarèt po fétaie çoli èt boire ènne botaye de bon vïn. Ès pregnïnt lai pu tchiere, que côtait dous mil dollars. Lo cabartie voiché lo vïn dains ènne spéchiâ botaye po léchie lo vïn pare tote sai savoû.

 long de cés dgens, ïn coupye maindgeait ïn r’cegnon tot sïmpye. È c’maindïnt ènne botaye de vïn d’paiyis que poyait côtaie tçhïnze dollars. Lo cabartie voiché ci vïn d’paiyis dains ènne âtre spéchiâ botaye po qu’è pregneuche tot son pairfum.
 môment de poétchaie lo vïn tchu lés tâles, not’ cabartie se foté d’dains èt aippotché lo moyou vïn â djûene coupye et lo croûeye vïn és quaitre tchairboéyous.
En yevaint yos voirres, les quaitre de Wall Street se braguïnt de poyait tassaie dïnche ïn bon vïn. Ès f’sïnt lés fïns maîles, bèyïnt des aivis de coégnéchous… sains voûere qu’ès s’ètïnt léchie enfilè ïn vïn sains grande valou. Les djûenes de lai tâle â long déchendènnent yot’ vïn sains choûe, sains saivoi qu’ès étïns en train de dédiustaie lai moyou botaye di cabarèt.

Publicité

Mains tot d’ïn côp lo cabartie r’mairtçhé qu’è s’était fotu d’dains. È ne saivait’pe c’ment è v’lait poyait raibibochaie lés tchôses èt s’faire poidgenaie sai fâte.
Raissembiaint tot son coraidge, è s’en vait voûere lés dgens de cés dous tales, raiconte sai mépréje èt, tot en s’èchtiusaint, troque lés dous spéchiâs botayes.
D’aiprés ço qu’en dit lai feuye, niun ne s’é engraingnie et n’ât monté tchu sés gros tchvâs. Les tchairboéyous que se f’sïnt péssaie po dés coégnéchous de bons vïns étïnt craibïn rempiachus de vargangne et lés dous djûenes se diïnt que po ïn côp, ès aivïnt r’ci ïn crôma d’ènne bainque !

L’micou

Les vantards attrapés

Les gens aisés qui se vantent sont parfois bien attrapés…Voici une histoire rapportée dans le journal comme un fait véridique. Je vous laisse en juger.
Ils étaient quatre employés de banque, en Amérique, qui faisaient des affaires à Wall Street, où se joue l’avenir des plus grosses fortunes, mais aussi où sont imaginées tant de mauvaises combines. Comme ils avaient fait une bonne affaire, ils allèrent dans un restaurant pour fêter ça et boire une bouteille de bon vin. Ils prirent la plus chère, qui coûtait deux mille dollars. L’aubergiste versa le vin dans une carafe pour laisser le vin prendre toute sa saveur.

À côté de ces gens, un couple mangeait un repas tout simple. Ils commandèrent une bouteille de vin de pays qui pouvait coûter quinze dollars. L’aubergiste versa ce vin de pays dans une autre carafe pour pour qu’il prenne tout son arôme.

Au moment de porter le vin sur les tables, notre aubergiste se trompa et apporta le meilleur vin au jeune couple et le mauvais aux quatre employés de banque.
En levant leurs verres, les quatre de Wall Street se vantaient de pouvoir boire comme ça un bon vin. Ils faisaient les malins et donnaient des avis de connaisseurs… sans voir qu’ils s’étaient laissé enfiler un vin sans grande valeur. Les jeunes de la table à côté descendirent leur vin sans émotion, sans savoir qu’ils dégustaient la meilleure bouteille du restaurant.
Mais tout à coup, l’aubergiste remarqua qu’il s’était trompé. Il ne savait pas comment il allait pouvoir réparer son erreur et se faire pardonner sa faute. Rassemblant tout son courage, il s’en va voir les gens de ces deux tables, raconte sa méprise et, tout en s’excusant, échange les deux carafes.

D’après ce qu’en dit le journal, personne ne se fâcha, ni ne monta sur ses grands chevaux. Les banquiers qui se faisaient passer pour des connaisseurs de bons vins étaient sans doute pleins de honte et les deux jeunes se disaient que, pour une fois, ils avaient reçu un cadeau de la banque !

L’micou

 

 

Publicité