Les courses du Mont-Terrible prennent la taille «ultra»

L’Ultra-Trail du Mont-Terri: 70 kilomètres le samedi et 36 kilomètres le dimanche sur un parcours tout en montées et en descentes. © Stéfanie Gurba-Ribeaud
Publicité

Les 13 et 14 avril prochains, la chaîne du Mont-Terri accueillera une nouvelle édition des désormais traditionnelles courses du Mont-Terrible avec, cette année, un ultra-trail qui poussera les coureurs, même les plus aguerris, dans leurs derniers retranchements.

Organisées sous l’égide du CA Fontenais, les courses du Mont-Terrible connaissent un succès toujours plus grand. Jugez plutôt: alors que la première édition en 2016 avait accueilli 519 coureurs, ils seront plus de 1500 à prendre le départ cette année. Le président du comité d’organisation Pierre-Alain Vallat analyse: «Le trail, soit les courses en montagne avec passablement de dénivelé, est clairement à la mode. Je pense que notre succès s’explique d’une part parce que nous sommes la première course de la saison et, d’autre part, parce que nous avons à cœur de prendre soin de nos participants, avec une organisation particulièrement pointue.» À cela s’ajoutent une belle ambiance, tant au sein du peloton que dans l’aire d’arrivée, et des parcours de toute beauté.

Une manifestation encore jeune
L’histoire des courses du Mont-Terrible a commencé lors d’une édition de la Fête de Fontenais, alors que le cross scolaire de Porrentruy vivait ses dernières heures. C’est à ce moment-là que Pierre-Alain Vallat lança l’idée d’organiser une nouvelle course, pour les enfants et pour les adultes. Quelques années plus tard, les coureurs peuvent s’affronter sur un large panel de distances et de dénivelés, à découvrir en détail sur le site internet de la manifestation. Mais cette année, histoire de contenter les coureurs les plus ambitieux et affûtés, une épreuve de 106 kilomètres a été ajoutée au menu existant: l’UTMT ou Ultra Trail du Mont-Terrible. «Nous l’avons appelé ainsi pour faire un clin d’œil à l’UTMB qui est l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, le plus connu au monde». Et le principe de cet UTMT est aussi simple qu’il est ardu: courir les 70 kilomètres du trail de Calabri le samedi, et enchaîner le lendemain avec les 36 kilomètres du Trail de Pietchiesson.

Un effort particulier
Une épreuve de choix qui ne sera pas à la portée de toutes les jambes: «Il va d’abord falloir arriver au terme des 70 kilomètres du samedi ! Se réveiller le lendemain avec une telle distance dans les jambes et se remettre en route pour 36 kilomètres supplémentaires ne sera pas chose aisée. On imagine d’ailleurs que quelques inscrits à l’ultra-trail renonceront avant de prendre le départ le dimanche matin», note Pierre-Alain Vallat, lui-même traileur expérimenté. Une autre difficulté, et pas des moindres, réside dans le profil du tracé: une alternance de montées et de descentes. «En Ajoie et sur les pentes du Mont-Terri, c’est toujours monter, descendre, monter, descendre. C’est cela qui change un peu par rapport à des courses de montagne plus traditionnelles. Ici, il y a beaucoup de changements de rythme. Ce n’est que de la relance et c’est un effort à fournir assez particulier.» Pour applaudir les survivantes et survivants à ce gros morceau de la course à pied ajoulote, rendez-vous donc les 13 et 14 avril prochain le long des chemins du Mont-Terri.

Un article d’Éric Moser, publié dans le N°485 du 21 février 2019

Publicité

www.mont-terrible.ch

Publicité