Lés noms patois de nôs v’laidges

Publicité

DISTRICT Â long dés annèes, lés noms de nôs v’laidges aint brâment tchaindgie. Po lés pu véyes, çoli fait dés centaines d’annèes qu’ès sont li èt lés dgens qu’y aint vétçhus djasïnt dés laindyes bïn diffreintes di frainçais. 

Èl ât prou malaijie de trovaie les raicènnes dés noms que sont yutilijès âdj’d’heû. Po Poérreintru, chi è fat ïn ésempye, totes soûetches de fôles chirtiulant. Çoli vait di poûe-sèyè qu’an r’trove tchu lés aîrmes de lai tçheûmène èt qu’é bèyie yôt’ churnom és dgens de lai vèlle djainqu’â nom d’ènne prïncesse qu’airait léchie conchtrure ïn pont tchu lai r’viere…

Bïn s’vent, cés noms tchoyaint di patois et s’attaitchïnt è décrire lo care de tiere voû lo v’laidge aivait été conchtrut. Pregnans Soubey, â long di Doubs, que s’diait Dôs l’Bièt (dos lai r’viere) o Daimvant, ïn v’laidge â s’raye voù s’piaigïnt les dainvois. Ci nom de Dainvois â d’moérè c’ment churnom po lés dgens de Daimvant. Po Rotche d’Oùe lai raicènne se trove dains lo s’raye, qu’éçhiére lés roétches que surpiombant lo haimé en s’coutchaint. 

Publicité

Po lés churnoms dés dgens de cés v’laidges è fât, en pu, bien s’vent tçheri da lai san des véyes usaidges o de l’aigrun dés dgens. Craibïn que lés Bats, haibitaints d’Bonfô, poétchant ci churnom è case dés craipâds èt dés raines qu’ès allïnt pâtchie dains lés étaings. Po lés Corbedôs de Cornô, ç’ât yot’ fidéytè â Prince-Evètçhe, di temps de Piera Péquignat, que yôs é vayu ci nom. Po dous trâs v’laidges, an on rébiè lo véye nom patois, mains è y d’moére lo pu s’vent ïn churnom, c’ment lés Crâs è Alle o lés Tchaits è Fontenais.

Vôs saites que ç’t’herbâ, en septembre, Poérreintru attieuyeré dains lai djoûe ènne grante féte dés patoisains di cainton èt des véjïns caintons, cés de Frantche-Comté, di Lyonnais o di Val d’Aoste po ènne eur’trove que s’pésse tos lés quaitre annèes dains yènne de cés contrèes.  

Po animaie cés r’trovaiyes et raippelaie lés noms patois de nos v’laidges, lai Fédérachion dés Patoisains di Jura è propojè és tçheûmenes de botaie és entrèes de nôs v’laidges lo vèye nom patois. Brâment de tçheûmenes aint’dje bèyie yot’ aiccoué, mains è y en é, lamoi, que trïnnant ïn pô lés pies. Lés pus grantes, cés qu’aint dje fusionnè, sont lés pus may’noûses. Ât-ce que de s’étre botè en lai fois yôs f’rait piedre yôt’ chïndiularitè o bïn ât-ce qu’èll’s s’rïnt tot d’ïn côp v’nis raivoétaintes ? Ç’ât craibïn l’moment de raippelaie ç’te bèlle seinteince : « Ç’tu que rébie son patois ébieugit son aivoi !»

L’micou


TRADUCTION

Les noms des villages en patois

Au cours des années, les noms de nos villages ont bien changé. Pour les plus anciens, ça fait des années qu’ils sont là et les gens qui y ont vécu parlaient des langues bien différentes du français.

Il est parfois difficile de trouver la racine des noms qui sont utilisés aujourd’hui. Pour Porrentruy, s’il faut un exemple, toutes sortes de légendes circulent. Cela va du sanglier qu’on trouve sur les armoiries de la commune et qui a donné leur surnom aux gens de la ville jusqu’au nom d’une princesse qui aurait fait construire un pont sur la rivière…

Bien souvent, ces noms viennent du patois et s’attachent à décrire le coin de pays où le village a été construit. Prenons Soubey, au bord du Doubs, qui se disait Dôs l’Biet (sous la rivière) ou Damvant, un village au soleil où se plaisaient les orvets. Ce nom de Danvois est resté comme surnom des habitants de Damvant. Pour Roche d’Or, la racine se trouve dans le soleil couchant qui éclaire les rochers qui surplombent le hameau.

Pour les surnoms des habitants de ces villages, il faut, en plus, bien souvent chercher du côté des vieux usages ou du caractère des gens. Sans doute, les Bats, habitants de Bonfol, portent ce surnom à cause des crapauds et des grenouilles qu’ils allaient pêcher dans les étangs. Pour les Corbedos de Cornol, c’est leur fidélité au prince-évêque, au temps de Pierre Péquignat, qui leur a valu ce nom. Pour deux trois villages, on a oublié le vieux nom patois, mais il reste, le plus souvent un surnom, comme les Crâs (corbeaux) à Alle ou les Tchaits (chats) à Fontenais.

Vous savez que cet automne, en septembre, Porrentruy accueillera dans la joie une grande fête des patoisants du canton, des cantons voisins, de Franche-Comté, du Lyonnais ou du Val d’Aoste pour une rencontre qui se passe tous les quatre ans dans une de ces régions.

Pour animer ces retrouvailles et rappeler les noms patois de nos villages, la Fédération des Patoisants du Jura a proposé aux communes de mettre l’ancien nom patois aux entrées de nos villages. Beaucoup de communes ont déjà donné leur accord, mais il y en a, hélas, qui traînent un peu les pieds. Les plus grandes, celles qui ont déjà fusionné, sont les plus timides. Est-ce que de s’être mises ensemble leur ferait perdre leur singularité ou bien seraient-elles soudain devenues regardantes ? C’est sans doute le moment de rappeler ce vieil adage : « Celui qui oublie son patois dilapide son avoir » !

Publicité