Lés saboties de Miecô

Ïn hanne de Miecô è graiyenè brâment de bés tèchtes tchu lai vie dains nôs v’laidges d’Aîdjoûe, â siecle péssè. Chi, adjed’heû, an visite aivô fiertè, lo d’rie sabotie de Suisse que faibrique encoé dés sabats enson d’Cornô, è n’y é’pe chi grant, è Miecô, ès étïnt ènne demé-dozainne. Voili ço qu’raiconte not’ hanne :

« Dains mon djûene temps, è Miecô, è m’en s’vïnt qu’an n’aivait pe brâment de pésse-temps. An s’contentait de peu de t’chose. Ç‘n’ât pe c’ment â djô d’adj’d’heû. I m’raippelle, dains lai mâjon «tchie lai Rosalie T’Choulat», è y aivait quaitre boûebes èt dous baîchattes. Ès f’sïnt dés sabats, en bôs du, tot en lai main. Èl en fayait brâment dains ci temps-li. Lés routes èt pe lés t’chmïns étïnt tot empierrès. An n’coniéchait’pe lo goudron, èt è y aivait ènne borbe¹ qu’an n’saivait pu de qué sens mairtchie. Tiaind an n’voyait’pe çhai, an allait droit dains l’pu épâs !

Lés paiyisains en tchâssïnt po allaie en lai graindge, en l’étâle, â tchairi. Èt pe, en huvie, an aivait pu tchâd â pies.

Ès l’en f’sïnt po allaie en lai foére, â mairtchie, è Poérreintru. È y aivait aidé dés grosses béyes de bôs d’hâté d’vaint l’hôtâ, qu’en sciait pai bouts, d’aivô ènne grosse scie, entre dous.Yun de yôs était crevagie². An f’sait po ainsi dire tot dés soulaies tchu meûjure, poche qu’ès étint bogrement tchies. Ç‘ât po çoli qu’an poétchait putôt dés sabats.

Devaint yôt’ mâjon, è y aivait ènne grosse d’geôle³ aivô dous étiureux que f’sïnt aidé virie ènne rue aivô dés p’tèts waggons, c’ment lai grosse rue d’Pairis. È y aivait ach’bïn, ènne petète musique que d’juait, tiaind èlle virait. Çoli nôs aimusait, nôs, lés afaints.

È y aivait enco dous âtres saboties : tchie l’Gustave tchie d’Gouerdge, èt pe tchie l’Olivier… »*

Mon Dûe, tiaind qu’i m’bote en téte totes cés inmaîdges di véye temps, i dais faire ïn éffoue po r’veni â temps d’adjed’heû, meinme chi lai vie at brâment moins du. I r’veré, dains ïn âtre biat tchu tos lés diffreints méties dés dgens d’Miecô, â c’menc’ment di vintieme siecle.

                                                                               L’micou

* retranscrit avec l’orthographe admise depuis Vatré

-TRADUCTION-

Les sabotiers de Miécourt

Un homme de Miécourt a écrit beaucoup de beaux textes sur la vie dans nos villages d’Ajoie au siècle passé. Si aujourd’hui, on visite avec fierté, le dernier sabotier de Suisse, qui fabrique encore des sabots à Cornol, il n’y a pas si longtemps, à Miécourt, ils étaient une demi-douzaine. Voici ce que raconte notre homme :

« Dans mon jeune âge, à Miécourt, je me souviens qu’on n’avait pas beaucoup de passe-temps. On se contentait de peu de choses. Ce n’est pas comme aujourd’hui. Je me rappelle, dans la maison « chez la Rosalie Choulat », il y avait quatre garçons et deux filles. Ils faisaient des sabots en bois dur, tout à la main. Il en fallait beaucoup dans ce temps-là. Les routes et les chemins étaient tous empierrés. On ne connaissait pas le goudron, et il y avait une telle boue qu’on ne savait plus de quel côté marcher. Quand on ne voyait pas clair, on allait droit dans le plus épais !

Les paysans en chaussaient pour aller dans la grange, à l’écurie, au charri. Et puis, en hiver, on avait plus chaud aux pieds.

Ils en faisaient pour aller à la foire, au marché à Porrentruy. Il y avait toujours de grandes billes de bois de hêtre devant la maison, qu’on sciait par bout, avec une grosse scie, entre deux. L’un d’eux était cordonnier. On faisait pour ainsi dire, tous les souliers sur mesure, parce qu’ils étaient bougrement chers. C’est pour cela qu’on portait plutôt des sabots.

Devant leur maison, il y avait une grosse cage avec deux écureuils qui faisaient tourner une roue avec des petits wagons, comme la grande roue de Paris. Il y avait aussi une petite musique qui jouait, quand elle tournait. Cela nous amusait, nous, les enfants.

Et il y avait encore deux autres sabotiers : chez l’Gustave chez le Gouerdge, et puis chez l’Olivier… »

Mon Dieu quand je me remémore toutes ces images du vieux temps, je dois faire un effort pour revenir au temps d’aujourd’hui, même si la vie est bien moins dure. Je reviendrai, dans d’autres billets sur les différents métiers des gens de Miécourt, au commencement du vingtième siècle.

Un éclairage par Michel Cerf, publié le 29 janvier 2019, dans notre rubrique web uniquement


D’où ça vient ?

¹Borbe : boue, qui donne embourbé et le nom d’un quartier Le Borbet
²Crevagie : cordonnier, donne les noms de famille Crevoisier, Courvoisier
³D’geôle : cage, d’où les mots géole, géolier… mais aussi enjôler