L’image pour faire passer une émotion, pour laisser une trace

Tagada Prod sur le tournage des aventures de Raf Cramatte en Mongolie. © Tagada Prod

CORNOL Ils sont deux: Audrey Schopfer et Basile Sanglard. Elle vient du Pays d’Enhaut, il est ajoulot pur sucre. Ils sont amoureux de l’image et amoureux tout court. Leur histoire est intimement liée à leur passion pour la photo et la vidéo, au point qu’ils ont lancé, ensemble, une petite entreprise, une boîte de production nommée Tagada Prod.

La caserne de Bure, un lieu plutôt improbable pour débuter une histoire d’amour. Et pourtant, c’est bien là que se sont rencontrés Audrey et Basile. Nous sommes en 2016, tous deux travaillent pour le service vidéo de la Place d’armes. Elle a un faible pour l’image et le graphisme, lui pour la photo et la vidéo. Une passion partagée, en plus d’une attirance certaine, qui vont naturellement déboucher sur une aventure commune. «L’idée de travailler ensemble, vu nos compétences relativement complémentaires, s’est imposée comme une évidence», se rappelle Basile Sanglard. Mais rapidement vient le besoin, professionnel, de changer d’air. Ils se lancent dans une formation supérieure en communication visuelle à Lausanne. Formation que Basile terminera prochainement, mais qu’Audrey a lâchée en cours de route. «Sachant qu’on voulait travailler ensemble, on a trouvé plus pertinent de développer des univers différents plutôt que de faire exactement la même chose», explique Basile.

Audrey Schopfer et Basile Sanglard, le binôme de Tagada Prod. © Tagada Prod

«En faire notre métier»

En parallèle, les deux vidéastes fondent Tagada Prod. «De films en films, on a vu que notre travail était apprécié. C’est alors qu’est née l’idée d’en faire notre métier, en tant qu’indépendants». Audrey et Basile enchaînent alors les mandats: «On a fait pas mal de films de mariages, beaucoup d’ »aftermovies » (films récapitulatifs de manifestations, ndlr), quelques films d’entreprises et on s’est rendus compte que les émotions qu’on essaie de faire passer à travers nos images étaient ressenties positivement par nos spectateurs». Car, pour Audrey et Basile, c’est bien cela dont il s’agit: transmettre des émotions et laisser une trace. «C’est fondamental pour nous. Et c’est pour cela qu’on a choisi l’image. C’est le meilleur moyen de faire ressentir à d’autres ce que l’on ressent nous-mêmes en tournant un film».

Une websérie en production

Côté production, Tagada Prod a bouclé dernièrement le tournage des aventures de Raf Cramatte en Mongolie. «C’était une expérience incroyable. On va attaquer le montage prochainement. Le film devrait être prêt en fin d’année, si tout se passe bien», note Basile Sanglard. Autre gros morceau pour les deux cinéastes: la production d’une série de plusieurs films sur de grands chefs cuisiniers suisses, destinée à être diffusée sur Internet et pourquoi pas, à terme, à la télévision. «C’est mon travail de diplôme, ça va être énorme!», se réjouit Basile Sanglard. Le tournage débute le 9 avril prochain. «Actuellement, on est dans la phase de communication via les réseaux sociaux et de recherche de fonds via une plateforme participative. Ensuite, avant le tournage, il nous restera à écrire les questions et la trame de l’histoire», poursuit le jeune cinéaste.

Retour dans le Jura

Basés actuellement entre le Jura et le canton de Vaud, Audrey et Basile ont planifié un retour définitif dans le Jura cet été. «On a trouvé une maison à Cœuve, ce sera parfait pour débuter notre nouvelle aventure professionnelle. Aujourd’hui Tagada Prod constitue un revenu annexe en marge de mes études et du poste de responsable marketing qu’Audrey occupe à Delémont. Mais même si on espère pouvoir se lancer à fond dans notre boîte de production rapidement, on ne va pas précipiter les choses non plus

Un article de Sébastien Fasnacht, publié le 15 mars 2018, N°440

www.tagadaprod.ch

Facebook: @tagadaprod