Lou m’lïn de Çhoérimont

Publicité

In djoué qu’lou chir de Çhoérimont beûrlandait chu ses tieres, è londgeait lai Covatte, cte r’viere qu’ât natchue en Suisse et peus que vint faire ses virvôs â pie di tchété de Çhoérimont, po allaie se tchaimpaie dains l’Allaine dains lai sen de Djonch’ré.

Son rôlaidge l’é condut pairvé ènne p’téte tchoéte d’âve: èlle tchaintait tote djoyouse en l’aiveneûtche des grants aibres, que çhainnïnt tchu lie c’ment des aimoérous.

Lou chir n’était pouè poéte, è musait chutôt en ses aiffaires. Sains aidmirie ci yûe èl é décidè tot content de servi lai tchoéte d’âve po émeûdre lai rûe d’ïn m’lïn, poèchque èl aivisait dâs grant d’en conchtrure yün dains les pairaidges.

Publicité

Tiaind qu’èl ât r’veni â tchété, èl é contè çoli en sai fanne. Mains c’tée-ci ne v’lait ran saivoi de ci m’lïn: èlle oppojait totes sôtches de râjons po l’empâtchie, poècheque çoli allait détrure tote lai biâtè de ci yûe, laivou qu’èlle était aivéjie de v’ni se r’pôsaie et sondgie… Mains ran è faire! Lou chir ne l’é pouè oyi; po lu c’étïnt des tocâyes et èl é chiquè vit’ment ci m’lïn.

Aiprés èl é embâtchi ïn mounie, et peus vire lou m’lïn! Lou chir s’en trôvait bïn aîje lou premie djoué. Mains lou djoué cheûyaint, tiaind qu’èl ât v’ni vôre se tot tchem’nait bïn endrait, èl ât aivu brâment récâmi en tchoéyaint chu lou coûe-moûe di mounie, poi tiere, â long d’lai môle! Niun n’é poyu compare cte moûe sôbite!

Enne s’nainne aiprés, èl embâtchie ïn âtre mounie. Lâmoi! Lou premie maitïn an l’é r’trôvè roide c’ment c’tu d’aivaint!

Lou michtére d’vignait épâs: lou chir était fô de raidge et totes les dgens de Çhoérimont et des v’laiges véjïns étïnt épaivuries. Tus dyïnt poi dérie que ces criyâs étïnt po chur l’ôvraidge di diâle ou bïn des dgenâtches!

Dïnnai, lou tot bé, tot neu m’lïn ât démoérè veûde et aiband’nè bïn grant temps…

Mains ïn bé maitïn, voili qu’airrive ïn djûene, grôs coyat, daivô ïn roudge poi: è vignait di Tyrol, qu’è diait, et v’lait traivaiyie dains lou m’lïn de Çhoérimont! Lou chir lu conte c’qu’è s’ât péssè: mais lu s’bote è écaçhaie et d’mainde encouè pus foûe è s’tchairdgie d’ci m’lïn di diâle, tot content! È n’aivait paivou d’ran: è lu fayait dempie, aivaint lai neût, ché étçhèyes, ïn potat d’laicé, enne métche de pain, ïn moéché d’laîd et peus enne haitchatte bïn aiffilèe!

Lou chir était ébâbi, mains è lu fait aippoétchaie c’que d’maindait ci tounerre de roudge poi! Et peus lou m’lïn è r’cmencie è virie: tic-tac… tic-tac…

En lai roûe-neût lou mounie rempiât d’laicé les ché étçhèyes, les bote chu lou piaintchie, les yünnes vés les âtres, â long d’lai pôtche di poiye. Lu s’siete è tâle, lai haitchatte dôs lai main, et c’mence è recignie daivô lou pain et lou laîd…

Les doze côps d’mineût soinnant è cieutchie dimôtie de Çhoérimont! Lai pôtche di m’lïn couine et s’eûvre tot balement: ché tchaits â biainc poi airrivant sains brut… Ès sont aittiries pai lai sentou di laicé, ès s’aippreutchant des étçhèyes et s’botant è lopaie..

Lai pôtche couine encouè ïn côp…et voili ïn âtre tchait d’enne grôssou et d’enne grantou c’ment qu’an n’é djanmais vu! È miâne po sailuaie les âtres tchaits, èl aivaince encouè…s’siete chu son tiu, et daivô ses gros voidges eûyes raivoéte tot drèt, bïn foûe, lou mounie que nônne tot balement…Tot d’ïn côp lou grôs noi tchait lu sâte d’chu et s’aigrïmpe è son cô ! Mains ïn heul’ment de déloûe empiât lou m’lïn, tos les biaincs tchaits ritant en râlaint, tot épaivuries!

Pouèchque lou mounie, pus vi qu’ïn élusèt, è copè daivô l’haitchatte enne paitte de d’vaint di noi tchait, que s’ât évadnè tot d’ïn côp! Mains tiaind qu’è veut raiméssaie c’te patte, è trove enne bélle et délityaitte main de fanne, daivô enne baidye d’oûe ciselèe…

Quèques m’neutes aiprés, voichi lou chir et des sudais daivô lu. Èl aivait tieûsain d’son nové mounie et vignait pôsaie lai vadge. Èl ât bïnhéy’rou de l’vôre vétçhiaint ! C’tu-ci lu conte c’qu’è s’ât péssè et l’aissât di gros noi tchait: è lu môtre lai main de fanne. Lou chir d’vïnt tot biève: chu lai baidye èl é r’cognu les airmes de Çhoérimont!

È s’en r’v’ïnt en ritaint daivô ses dgens vés lou tchété, è vait tot drèt en lai pôtche de lai tchételîene: enne tchaimboéliere veut l’empâtchie d’entraie poèchque lai daime ât mailaite et vïnt de s’endremi. Mains lou chir lai bortiule et s’embrûe dains lai tchaimbre de lai daime: â moitan de ses valats, lou visaidge tot biève, lai tchételîene ât chu son yé, èlle n’veut ran répondjaie ès d’maindes di chir. C’tu-ci, tot aidiaicie, enyeûve lai yessue et détieuvre, sains poyait l’craire, qu’lai main drète de sai fanne ât côpèe!

Les véyes diant qu’lai daime de Çhoérimont ât aivu condamnèe po djnâtch’rie et breûlèe tote vétçhainne chu lai piaice de Délle. Elle aivait r’coégnu d’vaint ses djudges qu’èlle aivait paiyie enne dgenâtche po r’cidre lou povoi de dev’ni ïn énôrme noi tchait. Dïnnai èlle é débairraisie dous ainnonceints mounies po s’vendgie de son hanne! Lai pôre dôbe, daivô son aîme achi noire qu’lou poi d’ci tchait, ne poidjonait pouè â chir d’aivoi détrut lou bé paiyisaidge d’lai Covatte, qu’èlle ainmait pus que tot â monde…

Et mitnaint an dit achi que son biainc foulta maintchat r’vïnt les neûts de pienne yenne chu les rives d’lai Covatte, po r’tieuri sai main et sai baidye, en pûeraint et pionnaint chu sai biâtè et son bonhèye predjus!

La Dame de Florimont. © L'micou

 

LE MOULIN DE FLORIMONT

Un jour, le seigneur de Florimont flânait sur ses terres, il longeait la Covatte, cette rivière qui prend sa source en Suisse et qui vient faire ses méandres au pied du château de Florimont pour aller se jeter dans l’Allaine, du côté de Joncherey. Sa flânerie l’a conduit vers une petite chute d’eau: elle chantait toute joyeuse à l’ombre des grands arbres qui penchaient sur elle comme des amoureux.

Le seigneur n’était pas poète, il pensait surtout à ses affaires. Sans admirer ce lieu, il a tout de suite décidé d’utiliser la chute d’eau pour mettre en mouvement la roue d’un moulin, parce qu’il envisageait d’en construire un dans les parages.

Quand il est revenu au château, il a conté cela à sa femme. Mais celle-ci ne voulait rien savoir de ce moulin: elle opposait toutes sortes de raisons pour l’empêcher, parce que cela allait détruire toute la beauté de ce lieu, où elle avait l’habitude de venir se reposer et songer… Mais rien à faire! Le seigneur ne l’a pas écoutée; pour lui, c’était un caprice et il a vite établi ce moulin.

Ensuite, il a embauché un meunier, et tourne le moulin! Le seigneur s’en trouvait bien aise le premier jour. Mais le jour suivant, quand il est venu voir si tout allait bien comme il faut, il a été stupéfait en tombant sur la cadavre du meunier, par terre, à côté de la meule! Personne n’a pu comprendre cette mort subite!

Une semaine après, il embauche un autre meunier. Hélas! Le premier matin on l’a retrouvé raide comme celui d’avant! Le mystère devenait épais: le seigneur était fou de rage et tous les gens de Florimont et des villages voisins étaient apeurés. Tous disaient par derrière que ces malheurs étaient pour sûr l’oeuvre du diable ou bien des sorcières! Ainsi, le tout beau, tout neuf moulin est resté vide bien longtemps…

Mais un beau matin, voilà qu’arrive un jeune grand gaillard, avec une chevelure rousse: il venait du Tyrol, qu’il disait, il voulait travailler dans le moulin de Florimont! Le seigneur lui conte ce qui s’est passé: mais lui se met à éclater de rire et demande encore plus fort à se charger de ce moulin du diable, tout de suite! Il n’avait peur de rien: il lui fallait seulement, avant la nuit, six écuelles de lait, une miche de pain, un morceau de lard et une hachette bien affûtée!

Le seigneur était étonné, mais il fait apporter ce que demandait ce tonnerre de rouquin! Et puis le moulin a recommencé à tourner : tic-tac… tic-tac…

Au crépuscule, le meunier remplit de lait les six écuelles, les met sur le plancher, les unes vers les autres, à côté de la porte de la chambre. Lui s’assied à table, la hachette sous la main et commence à casser la croûte avec le pain et le lard…

Les douze coups de minuit sonnent au clocher de l’église de Florimont. La porte du moulin couine et s’ouvre tout doucement: six chats blancs arrivent sans bruit… Ils sont attirés par l’odeur du lait, ils s’approchent des écuelles et se mettent à laper. La porte couine encore un coup… et voilà un autre chat d’une grosseur et d’une grandeur comme on n’en a jamais vu! Il miaule pour saluer les autres chats, il avance encore… s’assied sur son derrière, et avec ses gros yeux verts regarde tout droit, fixement, le meunier qui casse la croûte tranquillement… Tout d’un coup, le gros chat noir lui saute dessus et s’agrippe à son cou! Mais un hurlement de douleur remplit tout le moulin, tous les chats blancs se sauvent en hurlant, tout effrayés!

Parce que le meunier, plus vif qu’un éclair a coupé avec la petite hache une patte avant du chat noir qui a disparu tout d’un coup! Mais quand il veut ramasser cette patte, il trouve une belle et délicate main de femme avec une bague en or ciselée…

Quelques minutes plus tard voici le seigneur et ses soldats qui arrivent. Il se faisait du souci pour son nouveau meunier et venait monter la garde. Il est satisfait de le voir vivant! Celui-ci lui raconte ce qui s’est passé et l’attaque du gros chat noir: il lui montre la main de femme. Le seigneur devient tout pâle: sur la bague, il a reconnu les armoiries de Florimont.

Il rentre rapidement au château avec ses soldats et va tout droit à la porte de la châtelaine. Une femme de chambre veut l’empêcher d’entrer, parce que la dame est malade et qu’elle vient de s’endormir. Mais le seigneur la bouscule et s’engouffre dans la chambre de la dame: au milieu de ses domestiques, le visage tout blême, la châtelaine est sur son lit. Elle refuse de répondre aux questions du seigneur. Celui-ci, très agacé, enlève le drap et découvre, sans pouvoir le croire que la main droite de sa femme est coupée…

Les vieux disent que la dame de Florimont a été condamnée pour sorcellerie et brûlée vive sur la place de Delle. Elle avait reconnu devant ses juges qu’elle avait payé une sorcière pour obtenir le pouvoir de se transformer en un énorme chat noir. Ainsi, elle a fait disparaître deux meuniers innocents pour se venger de son mari! La pauvre daube, avec une âme aussi noire que le pelage de ce chat, ne pardonnait pas au seigneur d’avoir détruit le beau paysage de la Covatte, qu’elle aimait plus que tout au monde…

Et maintenant, là-bas, on dit que son blanc fantôme manchot revient les nuits de pleine lune sur les rives de la Covatte, pour rechercher sa main et sa bague, en pleurant et en gémissant sur sa beauté et son bonheur perdus!

Légende en patois franc-comtois, proposée et traduite par L’micou.

 

Publicité