A la rencontre de Marc Grélat

Marc Grélat, à la fois ferronnier, coutelier et bijoutier.
Publicité

Comme chaque mois, le patoisan de l’Ajoie Mag, Michel Cerf prend la plume pour faire vivre le “vieux language” dans les médias en 2022, mais aussi pour nous faire découvrir un artisan du pays – Marc Grélat – à la fois ferronnier, coutelier et bijoutier. 

Marc Grélat : maître di fûe èt de lai foérdge

Lés Patoisaints diant v’lantie que yot’ véye laingaidge ât yot pu grande rétchaince. Ç’n’ât pe moi qu’lés veus contrâyie, mains not’ paiyis compte bïn d’âtres valous. I voéros vôs faire coégnâtre ïn hanne que traivaiye de sés mains èt que produt brâment de tchôses totes pu bèlles lés yènnes que lés âtres. Ç’ât tot boénnement ïn hanne di care, lai quairantainne, aivô fanne èt afaints, et que d’moére en lai Malcôte, tchu lai tieûmene d’Aisué : Marc Grélat.

De son métie de sèrrurie, èl é fait ïn art en se chpéchialisaint dains tot ço qu’lo fie, sai maitire premiere, poyait devni : lai foérrannerie, lai faibrication de coutés en daimâchie l’aicie èt lai djouâ’yrie.

Publicité

Quoi qu’è f’seuche, ç’ât ïn entchaintement de l’vouere en l’eûvre. En pu d’ïn raie saivoi-faire, è bèye en sés produts ènne piaijainte touetche de Moiyein-Aîdge. Ènne raimpe d’égrèes, foérdgie en lai main, s’aitchève pai ènne téte de couleûvre ! Lo maintche d’in couté ât ch’cultè dains ïn moéché de coûene, d’étraindge bôs, tiaind ç’nât’pe dains ènne piaique d’ivoire d’hyppopotame o de maimmouth…

I m’seus léchie èchpyiquè c’ment qu’an fait po aivoi ïn daimâchie l’aicie. Po ècmencie, an aissembye en lés soudaint, ènne dijainne de piaiques de meinme grantou, cïntçhe de fie (sains carbone) èt cïntçhe d’aicie (aivo ïn po de carbone). Dali è fat étchâdaie ç’te soûetche de mil-feuyes d’jainqu’è mil quaitre cent cinquante degrés. An l’peut aidonc foérdgeaie tchu l’ençhainne po l’aillondgie aivaint de lo r’pyaiyie tchu lu. Mitnaint, not’ mil-feuye é vinte coutches que c’mainçant è s’mélaindgie. An rétchade lo tot, an l’foérdge, an r’pyaiyie… èt an optïnt ïn moéché de quairante coutches.

Mains nôs sons encoé loin di compte ! En porcheuyaint dïnche on peut opteni quaitre-vingt, èt peus cent-soixante, tras cent vinte èt meinme pu de ché cents coutches. Dïnche foérdgé lo fie èt l’aicie bèyant ènne maitiere aidé pu dure èt lés coutés aint dés graiy’naidges aidé pu bés.

Lai valou de Marc Grélat èt sai pachion po son métie ât r’coégnu pai tos l’paiyis. Lés mujèes èt lés coullècchionnous yi aippoétchant dés pieces è r’chiquaie. Tiaind John Howe, lo compojitou di Seigneur des Anneaux, é aivu fâte di hanne de métie po ènne féte di Moiyein-Aîdje è Sïnt-Ochanne, ç’ât lu qu’èl ât allè tçheuri.

En pu dés Médiévales de Sïnt-Ochanne, aivo ïn po de tchaince, vôs le v’lèz r’trovaie è Grandson o è Vallorbe èt dains tos les yues voù an bote en valou l’art di fie èt de lai foérdge.

En vèlle de Porreintru, an peut aidmiraie brâment de sés oeûvres. Èl é faibritçhè dés enseingnes, en é r’tacoénnè d’âtres et tiaind l’tempye ât aivu rénovè, an on fait aippeul en lu po lai foérrannerie. È D’lémont, ç’ât lu qu’é r’chiquè Lili èt son tchïn, lai chculpture qu’ïn déraindgie l’hanne aivait airraitchi devaint l’collédge.

S’è poyait pie dïnche faire aivô lés dous chculptures d’Heinz Schwarz que sont aivu décombrès è Poérreintru !

L’micou


TRADUCTION

Marc Grélat : maître du feu et de la forge

Les patoisants disent volontiers que leur vieux langage est leur plus grande richesse. Ce n’est pas moi qui vais les contredire, mais notre pays compte bien d’autres valeurs.  Je voudrais vous faire connaître un homme qui travaille de ses mains et qui produit beaucoup d’objets, tous plus beaux les uns que les autres. C’est tout bonnement un homme du coin, la quarantaine, avec femme et enfants, et qui habite à la Malcôte, sur la commune d’Asuel : Marc Grélat. De son métier de serrurier, il a fait un art en se spécialisant dans tout ce que le fer, sa matière première, pouvait devenir : la ferronnerie, la fabrication de couteaux en acier damassé et la bijouterie.

Quoi qu’il fasse, c’est un enchantement de le voir à l’oeuvre. En plus d’un rare savoir-faire, il donne à ses oeuvres une touche plaisante de Moyen-Âge. Une rampe d’escalier, forgée à la main s’achève en une tête de couleuvre ! Le manche d’un couteau est sculpté dans un morceau de corne, de bois exotique, quand ce n’est pas dans une plaque d’ivoire d’hippopotame ou de mammouth…

Je me suis fait expliquer comment on fait pour obtenir un acier damassé. Pour commencer, on assemble, en les soudant, une dizaine de plaques de même grandeur, cinq de fer (sans carbone) et cinq d’acier (avec un peu de carbone). Ensuite, il faut chauffer cette sorte de mille-feuilles jusqu’à mille quatre cent cinquante degrés. On peut dès lors le forger sur l’enclume, pour l’allonger, avant de le replier sur lui-même. Maintenant, notre mille-feuilles à vingt couches qui commencent à se mélanger. On rechauffe le tout, on forge, on replie… et on obtient un morceau de quarante couches. Mais nous sommes encore loin du compte ! En poursuivant ainsi, on peut obtenir quatre-vingt, et puis cent soixante, trois cent vingt, et même plus de six cents couches… Ainsi forgés, le fer et l’acier donnent une matière toujours plus dure, et les couteaux ont des dessins toujours plus beaux.

La valeur de Marc Grélat et sa passion pour son métier sont reconnues dans tout le pays. Les musées et les collectionneurs lui apportent des pièces à restaurer. Quand John Howe, le créateur du Seigneur des Anneaux a eu besoin d’un homme de métier pour une fête du Moyen-Âge à Saint-Ursanne, c’est lui qu’il est allé chercher.

En plus des Médiévales de Saint-Ursanne, avec un peu de chance, vous le rencontrerez à Grandson, Vallorbe et dans tous les lieux où est mis en valeur l’art du fer et de la forge.

En ville de Porrentruy, on peut admirer beaucoup de ses oeuvres. Il a fabriqué des enseignes, en a réparé d’autres et quand le temple a été rénové, on a fait appel à lui pour la ferronnerie. A Delémont, c’est lui qui a réparé Lili et son chien, la sculpture qu’un homme dérangé avait arrachée devant le collège.

Si seulement il pouvait faire ainsi avec les deux sculptures d’Heinz Schwarz qui ont disparu d’un parc à Porrentruy !

Publicité