Mathilde Lehmann, de la fanfare à l’Harmonie Shostakovich

Mathilde Lehmann nourrit sa passion depuis l'âge de 6 ans. © Géraud Siegenthaler
Publicité

COURCHAVON/BONCOURT Elle est la championne jurassienne de la catégorie bois. À 17 ans, Mathilde Lehmann multiplie les reconnaissances et vient d’intégrer la prestigieuse Harmonie Shostakovich. Lycéenne en option complémentaire musique, elle se laisse une année pour décider si son avenir professionnel sera musical ou pas.

Son nom figure sur la liste des méritants 2019 de la Commune de Boncourt. Il était aussi cité en début d’année 2020 à Courchavon lors de l’apéritif en l’honneur des citoyens organisé par la Commune. C’est que Mathilde Lehmann est un petit peu des deux localités: de la seconde parce qu’elle y réside, et de la première en raison de son engagement de longue date au sein de la fanfare Union démocratique. «Ma maman et mon grand-père en ont fait partie bien avant moi. Quand j’étais petite, j’allais assister à tous les concerts», se souvient-elle.

La flûte traversière, toujours

Elle n’a que 7 ans – et déjà une année de cours particuliers derrière elle – lorsque Mathilde intègre les rangs des cadets en 2009. Elle rejoindra la fanfare de Boncourt quatre ans plus tard. «J’ai commencé avec un piccolo, parce que mes mains étaient encore petites, mais j’avais déjà l’idée de faire de la flûte traversière. Ma cousine jouait de cet instrument, je pense que mon envie vient de là. Je ne sais pas si c’était vraiment un rêve, mais j’ai tout de suite eu envie de progresser.» En 2010, la jeune fille entre à l’École jurassienne et conservatoire de musique à Delémont, ce qui lui permet d’élargir son horizon. «Le répertoire de la flûte traversière est très vaste. À la fanfare, on joue des pièces assez classiques, mais j’ai la chance d’avoir une prof à l’EJCM qui me fait découvrir différents compositeurs et différentes époques.»

Publicité

Des concours sur le tard

Aujourd’hui étudiante au Lycée cantonal en bio-chimie et option complémentaire musique, Mathilde Lehmann comptabilise passablement de distinctions, dont le titre de championne jurassienne de la catégorie bois, obtenu en 2020 lors du Concours jurassien pour solistes et ensembles organisé par la Fanfare l’Ancienne de Courgenay (ndlr: et une nouvelle fois lors de l’édition 2021). «Je n’ai commencé les concours qu’assez récemment, en 2017. J’aime bien, ça permet de se fixer un objectif dans l’année et pas uniquement de répéter pour répéter. Ça aide beaucoup pour la motivation.» Et de la motivation, elle n’en manque pas: «J’ai été contactée pour intégrer l’Harmonie Shostakovich, se réjouit-elle. J’ai eu ma première session début décembre. C’est une belle occasion de progresser en ensemble, à un niveau supérieur. Pour autant, j’ai aussi énormément de plaisir lors des camps de l’Ensemble des jeunes musiciens d’Ajoie et de la Fédération jurassienne de musique», précise-t-elle.

Si cette aventure musicale de deux mois au sein de cet orchestre d’excellence regroupant une cinquantaine de musiciens issus de tout l’Arc jurassien résonne comme une belle reconnaissance, Mathilde nourrit encore quelques doutes quant à son avenir. «C’est la grande question ces temps, admet-elle. Je ne sais pas si ça me plairait de vivre de la musique.» 2020 sera donc charnière: «Après ma maturité, je vais aller faire une année propédeutique en HES dans le domaine de la santé. Je me laisse un peu de temps pour réfléchir

Élise Choulat

Article paru dans notre édition n° 527 du 9 janvier 2020

Publicité