Mobiju: la grande majorité de la population ajoulote est gagnante

Les bus jurassiens continuent d’appartenir à CarPostal, mais ils revêtent désormais les couleurs de Mobiju. © François Demont
Publicité

DISTRICT En décembre dernier, Mobiju a fait son apparition dans le paysage des transports publics jurassiens. Dans le district de Porrentruy comme ailleurs, l’offre est sensiblement augmentée. Les bus circulent plus souvent et avec de meilleures liaisons. Tour d’horizon.

Le changement d’horaire s’est accompagné de nouveautés sur le réseau jurassien. Les bus et les arrêts repeints aux couleurs cantonales accompagnent ces modifications. «Quand CarPostal a repris toutes les lignes jurassiennes, nous avons créé Mobiju qui est une marque appartenant au canton», explique David Asséo, délégué jurassien aux transports. Les nouveautés amenées par Mobiju au nord des Rangiers sont nombreuses, comme sur tout le territoire cantonal, la principale étant l’augmentation de l’offre en termes d’horaires. «Toutes les lignes sont desservies au moins une fois par heure, voire toutes les 30 minutes aux heures de pointe dans beaucoup de cas», explique Éric Lorenzo qui planifie les horaires cantonaux.

Dynamique de changement

Publicité

«En Haute-Ajoie, par exemple, la cadence a été augmentée. Il y a dix ans, avant de supprimer les Publicars, nous avions seulement cinq ou six bus par jour qui montaient à Damvant, se souvient David Asséo. Aujourd’hui, c’est totalement différent. Et même si nous avons reçu quelques remarques négatives, la grande majorité de la population d’Ajoie est gagnante.» Pour les services cantonaux, Mobiju doit permettre aux transports publics de se diversifier afin d’attirer toutes les franges de la population, et plus seulement les écoliers. «Nous avons amélioré la cadence entre les trains et les bus, relate Éric Lorenzo. C’est bien sûr le cas à Porrentruy, mais aussi à Courtemaîche avec la ligne de Montignez, ou encore à Courgenay et à Saint-Ursanne.»

Une autre nouveauté concerne l’augmentation du nombre de bus en direction de la Raiffeisen Arena avant et après les matchs du HC Ajoie. «En venant de Saint-Ursanne ou de la Vallée, on peut sortir du train à Courgenay et prendre le bus qui mène directement à la patinoire, explique David Asséo. Le parcours de Delémont à la patinoire de Porrentruy dure alors 28 minutes, sans avoir à chercher une place de parc et à se soucier du retour», se réjouit-il. De son côté, le Noctambus propose désormais des cadences horaires le week-end, entre 1 heure et 4 heures du matin, au départ de Porrentruy. «Cela se couple très bien avec les trains qui ne circulent pas à ces heures-là, remarque David Asséo. Le vendredi et le samedi, nous avons donc une cadence 24 heures sur 24».

Bientôt une nouvelle gare routière?

Mobiju est donc un projet bien huilé, en Ajoie comme ailleurs. Ces prochaines années, des bus électriques devraient faire leur apparition sur le territoire du district. «L’Ajoie est un peu une région test à ce niveau-là, indique Éric Lorenzo. Nous faisons des essais pour voir combien de temps un bus électrique peut tenir, où il peut être rechargé, etc.» Certains projets restent entre parenthèses, en attendant d’être concrétisés ces prochaines années. «Nous avons toujours beaucoup d’idées, mais nous dépendons du soutien de la Confédération», lance David Asséo. L’un des principaux projets est la construction d’une gare routière digne de ce nom à Porrentruy. Une augmentation de l’offre en soirée et le week-end est aussi sur la table. Enfin, l’extension, voire la création de nouvelles lignes internes à Porrentruy, pourrait résoudre certains problèmes de mobilité dans le chef-lieu du district. Selon les estimations de David Asséo, 90% de la population ajoulote devraient voir ses parcours améliorés grâce à ces nouveautés. À confirmer ces prochains mois. 

Maxime Rérat

Publicité