Ô Vergers d’Ajoie: des projets pour mieux animer les lieux!

Alain Perret (à droite) et le gérant du magasin Vincent Montavon, en pleine dégustation. Sébastien Fasnacht © Éditions L’Ajoie

PORRENTRUY Inaugurés en septembre dernier, le Musée suisse des fruits et de la distillation et le magasin des produits du terroir d’Ô Vergers d’Ajoie sont aujourd’hui à un tournant: bien fréquentés par les touristes et les locaux pour le moment, ils doivent maintenant s’inscrire dans la durée. Pour y arriver, de nombreux projets sont sur le point d’y être lancés.

Le projet mûrit depuis plus de 10 ans. Après des heures et des heures de réflexion, de planification et de travaux, il a éclos l’automne dernier. Ô Vergers d’Ajoie, la «marque» sous laquelle on retrouve le Musée suisse des fruits et de la distillation, un magasin dernier cri de produits du terroir ainsi qu’un centre d’interprétation et d’animations qui gravite autour de la culture des fruits locaux, vit donc son premier hiver sur les hauteurs de Porrentruy. «Globalement, cela se passe plutôt bien. Les visiteurs répondent présent, les groupes sont nombreux et le chiffre d’affaire du magasin a augmenté de manière significative», note Alain Perret. Légère note plus acide toutefois, «la mise en place du projet et son lancement ont demandé tellement d’implication et d’énergie que nous avons pris un peu de retard au niveau du programme d’animations et de la communication».

Départ de la directrice

Une réorganisation de l’équipe, avec le départ, d’un commun accord, de la directrice Valérie Falbriard à la fin du mois de janvier, a également dû être mise en place. «Alain Farine, Michel Thentz et moi-même, tous membres du Conseil de fondation, allons donc un peu plus mettre la main à la pâte sur le plan stratégique. Nous allons ensuite travailler sur mandat pour tout ce qui touche à la communication et nous souhaitons engager rapidement une personne qui pourra s’occuper de toute la partie des animations culinaires», détaille Alain Perret. Tout ceci pour lancer concrètement la phase deux de ce projet d’envergure: «Il faut maintenant que nous faisions vivre cet endroit. Le placer, comme cela avait été dit, en tant que centre d’intérêt national au niveau des professionnels de la distillation ainsi que dans les milieux touristiques.»

Créer une ambiance, raconter des histoires

Pour atteindre cet objectif, les envies et les projets sont nombreux. «Nous devons créer des odeurs, une ambiance et raconter des histoires autour de ce lieu. Cela passera par des animations culinaires, des brunches du dimanche, l’organisation d’anniversaires pour les enfants, des afterwork le vendredi tous les quinze jours. Ceci pour donner également envie aux Ajoulotes et aux Ajoulots de venir profiter de l’endroit», poursuit Alain Perret. Une autre manifestation, d’envergure, est également en cours de réalisation, mais on n’en saura pas plus pour le moment… Quoi qu’il en soit, Ô Vergers d’Ajoie doit aujourd’hui continuer de pousser afin de commencer à récolter dans le courant de l’année les fruits du travail accompli jusque-là. Et Alain Perret de confirmer ceci: «L’outil existe et il est incroyable. Il faut maintenant que nous l’utilisions!»

Un article de Sébastien Fasnacht, publié dans le N°484 du 14 février 2019