Paitaidgie sai laindye

“Oye vouah, écoute voir!”
Publicité

DISTRICT «Oye vouah, écoute voir!» Voici ce que pourrait vous dire L’micou, notre fidèle patoisant, s’il était en face de vous juste là, en ce moment. Mais comme c’est un peu chacun chez soi ces temps, voici pour vous et rien que pour vous sa dernière chronique qui souligne l’importance du partage de la langue de nos anciens.

Paitaidgie ènne meinme laindye raippreutche lés dgens. I muse en ènne laindye profond’ment enraic’nèe, ènne laindye que tradut lés seintous, que çhoure bon lai tiere… lai laindye di tiûere, not’ patois. En péssaint lai frontière, an détieuvre que nôs véjïns de Fraintche-Comtè djasant lo meinme patois que nôs. Ès sont dâli quasi achi preutches de nôs que nos aimis Taignons o Vadais. Dâ bïn grand è s’ât trovè, en Fraintche-Comtè, c’ment tchie nôs, dés aimoéreux di patois qu’aint euvrè po sai consèvrachion èt qu’aint produ dés tèchtes o dés glossaires po l’iyuchtraie. Tot prés de Béfoûe, è Bainvlaie, voù ès d’moérant, not’ aimi François Busser, èt mitnaint daime Marianne Meiller, sai baîchatte, botant dés eur’troves, dés fétes èt totes soûetches de manifestachions tchu pie. Voili dous annèes qu’ès euvrïnt po montaie ènne èchposition que se porait voûere dains tos lés yûes. Ç’ât mitnaint prât èt i aî poyu en voûere ènne môtroûje po djudgie de tot l’traivail que Marianne èt sés aimis aint fait. L’èchposichion compoétche tiaitoûeje môtroujes, de dous métres de hâtou, doze po les mois de l’annèe, yènne po l’ïntrôduchion èt lai d’riere po pare condgie… Cés môtroujes se poyant rôlaie po les dépiaicements. Yutilijeaint ïn patois sïmpye po étre en lai poétchèe de tot l’monde, meinme dés afaints, èlles aibordgeant lés pus vairiès sudjèts.

Dés tchainsons és seinteinces, dés reçattes de tieujainne és poèmes, de lai vie dés tchaimps és eusaidges de nôs caimpaignes, tchétçhe tèchte é sai piaice â long de l’annèe. Èt po cés qu’airaint di mâ de yére lo patois, dés QR-codes qu’an peut yutilijaie aivô son laividjase de baigatte permatant d’oyi lo patois des propojès sudjets. Dali vôs voites que lo patois èt lai technique d’âdj’d’heû poyant faire bon ménaidge. È fât euryevaie achi lai boénne qualité dés ïnmaidges èt ènne aigréâbye mije en paidge. Ç’ât ïn vartabye piaiji de détieuvri ïn côp de pu totes cés loûenes, ces seinteinces, ci chi bé paitrimoine en parcôuraint l’èchposichion de nôs aimis frainçais.

Publicité

Lai çlieje tchu l’totché, c’ment qu’an dit tchie nôs, ât ïn r’tieuyerat qu’aiccompagne lo visitou tot à long. An l’peut aitchetaie po préparaie sai v’niaince o c’ment seuvni de son péssaidge. Totes lés môtroujes aivô lés QR-code y sont droquèes, dains une bèlle eur’prôduchion.

Qu’i vôs dis-je po f’ni lo nom de l’èchposichion: «Oye vouah, écoute voir!», dous de cés p’tètes formules dés qués nos djaseries sont grebi. Mais achi grand que lai pandémie nôs d’mainde de d’moéraie en l’hôtâ, è fât aittendre po voûere cés tiaitoûeje môtroujes tchie nôs. I ne mainquerai’pe de vôs aivetchi de yot péssaidge, dains ïn âtre biat.
Enfïn, che vôs v’lez en savoi ïn pô pus tchu nôs fétes èt nôs traidichions, che lés véyes tchaints di paiyis o lés r’çattes de nôs mémés vôs faint envietaince ne léchites pe péssaie ç’te tote bèlle èchposichion tiaind vôs l’porèz. L’euvraidge de nôs aimis fraincs-comptois dait profitaie en ïn érâ de dgens!

L’micou

 

TRADUCTION:

Partager sa langue

Partager une même langue rapproche les gens. Je pense à une langue profondément enracinée, une langue qui traduit les sentiments, qui fleure bon la terre… la langue du coeur, notre patois. En passant la frontière, on découvre que nos voisins de Franche-Comté parlent le même patois que nous. Ils sont dès lors presque aussi proches que nos amis Francs-Montagnards ou de la Vallée de Delémont. Depuis bien longtemps, il s’est trouvé, en Franche-Comté, comme chez nous, des amoureux du patois qui ont travaillé à sa conservation et qui ont produit des textes ou des glossaires pour l’illustrer. Tout près de Belfort, à Banvillars où ils demeurent, notre ami François Busser, et maintenant dame Marianne Meiller, sa fille, organisent des rencontres, dés fêtes et toutes sortes de manifestations. Voilà deux années qu’il s’attachaient à monter une exposition qui puisse se voir en différents lieux. C’est maintenant prêt et j’ai pu en voir un panneau pour juger de tout le travail que Marianne et ses amis ont fait. L’exposition comporte quatorze panneaux de deux mètres de haut, douze pour les mois de l’année, un pour l’introduction et le dernier pour prendre congé… Ces panneaux peuvent se rouler pour les déplacements. Utilisant un patois simple pour être à la portée de tout le monde, même des enfants, ils abordent les sujets les plus variés.

Des chansons aux dictons, des recettes de cuisine aux poèmes, de la vie des champs aux usages de nos campagnes, chaque texte a sa place au long de l’année. Et pour ceux qui auraient du mal de lire le patois, des QR-code, qu’on peut utiliser avec son téléphone portable, permettent d’écouter, en patois, tous les sujets proposés. Ainsi vous voyez que le patois et les techniques d’aujourd’hui peuvent faire bon ménage. A relever aussi, la bonne qualité des images et une agréable mise en page. C’est un véritable plaisir de découvrir une fois de plus, ces histoires, ces sentences, ce beau patrimoine en parcourant l’exposition de nos amis français.

La cerise sur le gâteau, comme on dit chez nous, est un livret qui accompagne le visiteur tout du long. On peut l’acheter pour préparer sa venue ou comme souvenir de son passage.Tous les panneaux y sont imprimés, avec les QR-code, dans une belle reproduction.

Que je vous dise pour finir le nom de l’exposition: «Oye vouah, écoute voir !», deux de ces petites formules dont nos discussions regorgent. Mais, aussi longtemps que la pandémie nous demande de rester à la maison, il faut attendre pour voir ces quatorze panneaux chez nous. Je ne manquerai pas de vous avertir de leur passage dans un autre billet.

Enfin, si vous voulez en savoir un peu plus sur nos fêtes et nos traditions, si les vieux chants ou les recettes de nos grand-mères vous font envie, ne laissez pas passer cette toute belle exposition dès que vous le pourrez. Le travail de nos amis francs-comtois doit profiter à une foule de gens!

L’micou

Publicité