Patois en Aîdjoûe: ènne rédjôyéchainne voidgeou

Le nouveau Comité des patoisants d'Ajoie et du Clos du Doubs: de gauche à droite, Michel Stauffer, nouveau président, Marcel Bailly, Marianne Gurba, Jean-Paul Fleury, président sortant, Bibiane André, Claude Hubleur, vice-président, Michel Cerf, secrétaire. © Amicale des patoisants d'Ajoie et du Clos du Doubs
Publicité

DISTRICT Par un heureux hasard, la Chorale des Patoisants d’Ajoie et du Clos du Doubs a repris ses répétitions lundi 21 juin, en pleine Fête de la musique. N’est-ce pas le moment de faire le point sur la bonne santé de la langue de nos ancêtres?

Pai ïn bnâchu haisaid, lai Chorale dés Patoisaints d’Aîdjoûe èt di Çhôs di Doubs è r’pris sés répétichions yundi 21 de djuin, en pienne « Fête de la Musique ». N’ât-ce pe l’moment de faire lo point tchu lo vaibïn de lai laindye de nôs véyes dgens ?

Lai crainje de voûere lo patois s’piedre â long dés siecles é boussé Vatré è pubyiaie son glossaire dains lés annèes quairante. Lo meinme tieusain était â tiûere des dgens que graiyenïnt dains « Lo Jura di duemoenne » entre 1896 èt 1914. Cés ïnt’réssaints tèchtes, de dgens qu’utilijïnt lai feuye po réyie yôs p’tètes concurreinces, sont adj’d’heû pubyiès pai lai Societè d’Emulation (SJE).

 long d’cés que diant étre lés d’ries Patoisains, i muse que chi cés qu’l’aint aippris en l’hôtâ, tiand èls étïns djûenes, s’en vaint lés yûns aiprés lés âtres, è s’y trove pai bonhèye encoé bïn dés dgens que l’compregnant èt que sont prâts è faire ïn éffoûe po l’voidgeaie. È c’mencie pai lés autoritès : lai Confédération que recoégnât offichièlement son ïmpoétchaince et l’cainton qu’è graiyené son sôtïn dains lai conchtituchion. Lés tçheûmenes que botant tchu pie dés coués po lés afaints aint prou d’éyeuves. Po lai rentrèe de ç’t’herbâ, dous novèlles raicodgères, Audrey Chèvre po Fontenais, èt Bernadette Fleury è Poérreintru, aittieuyerïnt ènne vintaine d’afaints,.

Publicité

Lo patois ât aidé préseint dains lés médias, en ç’te boite que djase, dains l’QJ et dains l’Mag de l’AJOIE.

Che ci COVID è empatchie lai rote dés Patoisaints de préseintaie sés lôvrèes en mars péssè, ènne eur’trove ât ainnoncie po l’mois d’octobre, aivô ènne pièce de théâtre èt, che lés condichions l’permatant lés tchaints de lai Chorale. Po l’annèe que cheût, l’Ugéne nôs ainnonce que lés lôvrèes dairïnt rec’mencie en mars c’ment d’aivége.

Poétchaint lai vie de lai Chorale ât aivu bïn troubyèe pai ç’te pandémie. È pai ènne mâsse tchaintèe en patois è Sïnt-Ochanne po l’annèe di mil quatre centieme, brâment d’âtres aictivitès sont aivu renvies. Mais po f’ni, aivô lés directives que s’étïnt déroidies, l’aissembyè de l’Aimicale è poyu s’teni lo 20 de juin è Grandfontainne. Èlle é botè en sai téte ïn nové président, Michel Stauffer, di temps qu’lo présideint soûetchaint, Jean-Paul Fleury rempiaiçait lai r’cevouse Françoise Mergy, tchu l’dépaît aiprés vinte annèes â comitè. Enfïn l’comitè feût compiétè pai ènne novèlle aibo, Marianne Gurba.

Âtre seigne de voidgeou, lai Fédérachion dés Patoisaints di Jura seré, en septembre 2022, l’organisatrice de lai Grande Féte dés Patois Romans que réunit, tos lés quaitre annèes, lés patoisaints de Suisse, de véjaine Fraince et di Val d’Aoste. Che lai Féte se pésseré è Poérreintru, les Paitoisaints de lai Montaigne èt cés di Vâ s’rïnt bïn chur â long dés Aîdjôlats dains l’organichion.

De poitchot dés seignes témoignat de l’ïnt’rèt dés dgens po lai laindye patoise. Lés tçheûmenes pregnant l’tieusain de voidgeaie lés véyes noms de yûes, di temps que totes soûetches de produts : ènne biere, ènne piece de tchie, ïn poiye, ènne manifechtation… aiffichant yot’ nom en patois.

Che l’usaidge de not’ véye laindye tchaindge ïn pô, che an n’lo sairait pu dière ôyi dains lai rue, lo patois s’accreutche mâgré tot èt ne se poétche pe chi mâ.

L’micou

—————————————————————————————————

TRADUCTION

Patois en Ajoie: une vigueur réjouissante

la crainte de voir le patois se perdre au long des siècles a poussé Vatré à publier son glossaire dans les années quarante. Le même souci était au cœur des gens qui écrivaient dans Le Jura du dimanche entre 1896 et 1914. Ces intéressants textes de personnes qui utilisaient le journal pour régler leurs petites concurrences, sont aujourd’hui publiés par la Société jurassienne d’émulation (SJE).

Par rapport à ceux qui disent être les derniers patoisants, je pense que si ceux qui l’ont appris à la maison quand ils étaient jeunes s’en vont l’un après l’autre, il se trouve par bonheur encore bien des gens qui le comprennent et qui sont prêts à faire un effort pour le conserver. À commencer par les autorités: la Confédération qui reconnaît officiellement son importance et le Canton qui a inscrit son soutien dans la Constitution. Les Communes qui mettent sur pied des cours pour les enfants ont assez d’élèves. Pour la rentrée de cet automne, deux nouvelles enseignantes, Audrey Chèvre pour Fontenais et Bernadette Fleury pour Porrentruy, accueilleront un vingtaine d’enfants.

Le patois est toujours présent dans les médias, à la radio, dans le QJ et dans L’Ajoie Mag.

Si ce Covid a empêché l’équipe des patoisants de présenter ses lôvrèes en mars passé, une rencontre est annoncée pour le mois d’octobre, avec une pièce de théâtre, et, si les conditions le permettent, les chants de la chorale. Pour l’année qui suit, l’Ugéne nous annonce que les lôvrèes devraient recommencer en mars, comme d’habitude.

Pourtant la vie de la chorale a été bien troublée par cette pandémie. À part une messe chantée en patois à Saint-Ursanne pour l’année du mil quatre centième, beaucoup d’autres activités ont été renvoyées. Mais pour finir, avec les directives qui s’étaient un peu assouplies, l’assemblée de l’Amicale a pu se tenir le 20 juin à Grandfontaine. Elle a porté à sa tête un nouveau président, Michel Stauffer, alors que le président sortant, Jean-Paul Fleury, remplaçait la caissière, Françoise Mergy, sur le départ après vingt ans au comité. Le comité, enfin, a été complété par l’arrivée d’une nouvelle assesseure, Marianne Gurba.

Autre signe de vitalité, la Fédération des patoisants du Jura sera, en 2022, l’organisatrice de la grande Fête des patois romans qui réunit tous les quatre ans les patoisants de Suisse, de France voisine et du Val d’Aoste. Si la fête se passera à Porrentruy, les patoisants des Franches-Montagnes et de la Vallée seront bien sûr aux côtés des Ajoulots pour cette organisation.

De partout, des signes témoignent de l’intérêt des gens pour la langue patoise. Les Communes ont le souci de conserver les noms de lieux anciens, alors que toutes sortes de produits – une bière, un morceau de viande, un local ou une manifestation – affichent leur nom en patois.

Si l’usage de notre langue change un peu, si on ne peut plus guère l’entendre dans la rue, le patois s’accroche malgré tout et ne se porte pas si mal.

L’micou

Publicité