Petits trucs pour bien bosser

Pas toujours simple, l'école à la maison... Sébastien Fasnacht © Editions L’Ajoie
Publicité

DISTRICT Les parents d’enfants en âge de scolarité ou d’adolescents en études l’auront constaté: ce n’est pas toujours facile de les motiver à travailler à la maison. Alors voici quelques petites astuces, histoire de tenir le coup jusqu’au déconfinement.

Plus de copains pour jouer, plus de sonnerie pour rythmer la journée, plus de profs pour superviser… Comment faire pour continuer à travailler lorsqu’on est tous confinés à la maison? Pour Isabelle Laville et Laure Adatte-Monnat, toutes deux enseignantes à l’école primaire de Porrentruy, une chose est primordiale: «Il faut se mettre en condition pour pouvoir se concentrer, expliquent-elles. L’idéal serait de s’isoler dans une chambre, et si ce n’est pas possible, de se mettre au moins à distance des autres.»

Varier les activités
En charge d’élèves âgés d’une dizaine d’année, les deux enseignantes relèvent: «Pendant cette période particulière, on fait surtout des répétitions. On ne va donc pas travailler autant qu’à l’école, c’est évident. Néanmoins, il est préférable d’en faire un maximum le matin, car c’est là qu’on est généralement le plus efficace. C’est aussi important de garder un bon rythme de sommeil et de ne pas aller se coucher trop tard le soir.» Comme tout un chacun, les enfants ont une capacité à se concentrer limitée. Des pauses régulières sont donc les bienvenues: «L’élève peut s’arrêter vingt minutes, le temps de manger un fruit, bouger un peu, comme à la récréation en fait. C’est bien aussi de varier les activités, en intégrant un peu de chant, du bricolage ou de la lecture à son programme scolaire.» Participer aux tâches domestiques peut aussi s’avérer très formateur: «Par exemple, peler des légumes permet d’améliorer la motricité fine, et on utilise souvent les mathématiques en cuisine. Sans compter que ça éduque les enfants à l’égalité», soulignent les deux enseignantes.

Loin des copains
Pour travailler tout en se divertissant, les élèves ont à leur disposition bon nombre de sites internet gratuits (educlasse, gomaths, der Gruene Max, etc.). Mais quel que soit l’âge, attention au temps d’écran! «Certains jeunes passent leurs journées sur des jeux en réseau. C’est bien sûr important de s’amuser, mais on peut profiter de le faire en famille avec un jeu de l’oie, un Uno ou en sortant les cartes. Il faut aussi garder une certaine activité physique et aller dans le jardin si on en a un, sinon en allant faire un parcours vita ou simplement en dansant sur de la musique.» À l’adolescence également, le mouvement doit rester une priorité, mais toujours dans le respect des règles sanitaires. «Quand on a 16 ou 17 ans, c’est vrai que c’est difficile d’être séparé de ses amis, admet le Bruntrutain Xavier Frainier, enseignant à la division santé-social-art du CEJEF. Les jeunes ont bien des téléphones portables et les réseaux sociaux, mais ça ne suffit pas sur la durée. Malgré tout, sortir ne veut pas dire aller retrouver les copains!», insiste-t-il.

Publicité

Trouver sa propre motivation
Si, pour les plus petits, l’encadrement d’un adulte est recommandé – le travail en revanche doit se faire le plus possible de manière autonome -, les choses sont un peu différentes pour les plus grands: «C’est au jeune de trouver sa propre motivation, explique Xavier Frainier. Celui qui ne travaille que pour les notes devra trouver autre chose, son développement personnel ou son avenir professionnel, pour continuer. Et si ça ne marche pas, c’est peut-être l’occasion de s’interroger pour s’assurer d’être sur la bonne voie.» Enfin, si d’autres questions ou doutes venaient à vous envahir, sachez que des permanences téléphoniques ont été mis en place dans les écoles et les centres de formation. Enseignants, mais aussi médiateurs ou infirmières scolaires sont donc à disposition, et ce tant des parents que des élèves.

Élise Choulat

 

LES PETITS PLUS POUR FAIRE “CROCHER” SON ENFANT

Au degré primaire:

Le portail des écoles du Jura: jeux, exercices, activité physique, bibliothèque et plein d’autres choses pour tous les degrés de la première à la onzième année.

http://www.educlasse.ch

En allemand:

Pour les 5e et 6e: http://www.der-gruene-max.ch
Pour les 7e et 8e: http://www.junior-deutsch.ch
Et de la 9e à la 11e: http://www.genialklick.ch

En anglais:

Pour les 7e et 8e: http://moreciip.cambridge.org

Et pour répondre à toutes les interrogations que vous vous posez, ou votre adolescent(e) se pose sur l’importance de ne pas décrocher scolairement par les temps qui courent:

http://www.fondationo2.ch

et

http://www.ciao.ch

Publicité