Pidie po lés mentous!

© pixabay
Publicité

DISTRICT Ce mois-ci, élections cantonales obligent, l’ancien député et membre de la Constituante Michel Cerf, alias L’micou, se penche sur le délicat sujet des promesses de campagne. Un texte en patois, cela va de soi.

Cés temps, voû nos minichtres èt nôs députès sont en aittente di résultat dés vôtes me boussant è aibordaie ïn sudjèt aidé en lai môde: ç’tu dés mentes. Aivaint l’péssaidge d’vaint lai boéte è éyure, an dairait putôt djasaie de promâsses o d’engaidg’ments, mains chitôt lés dgens en piaice… i vôs léche djudges!

Che lés dgens d’môtie aint réparti lés p’chés d’aiprés yot’ impoétchaince, è fât aidmâtre que brâment de mentes ne sont que de pairticulies faiçons de préseintaie lai voirtè…

Publicité

Afaints, an nôs f’sait craire que l’nové p’tèt niât que breuyait â care di poiye était ïn crôma aippoétchè poi lai cigangne. Nian mains… nôs raicontaie çoli, en nôs, bouebes de vaîtcheries, qu’édïnt è tirie lo p’tèt vé feû d’sai mére, en nôs que moinïns lés djements â roncïn… Lés mentes c’était not’ pain de tos lés djoués: lai sope que f’sait v’ni grant, lés épineutches que bèyïnt d’lai foûetche, di temps que çhiôtraie f’sait pueraie lai Sïnte Vierdge… Dains lés yivres de catéçhisse, en nôs édait è aippointaie not’ péssaidge dains lai boète è mentes. An aivait l’tchoix: lés mentes po rire, po s’dépare, po s’faire è bïn voûere… È y aivait achi lés grosses mentes que poyïnt faire di mâ és dgens, rantiusaie dés ainonceints, s’faire aiccoédgeaie dés aivaintaidges… Cés-li, an lés aipp’lait « péchés mortels ». Chi, en l’houre de péssaie l’airme è gâtche, te n’aivais’pe poyu vudie ton sai de p’chés dains ènne boète è mentes, an te proméchait l’enfie djainqu’en lai fïn dés temps.

Dev’nis aidultes, nôs n’sons’pe aivus étchaippes aivô lés mentes. È y é cés qu’an dit en péssaint lai frontiere, l’airdgent qu’an n’déclaire pe és ïmpôts, lés èchtiuses qu’an raiconte tiaind qu’an s’ât botè dains son toûe. Èt totes lés mentes qu’an trove è dire… poûeche qu’è fât bïn dire âtçhe, meinme chi en voirtè an n’sait’pe brâment d’chôses.

Dains ç’te pandémie que nôs empoûejonne lai vie âdj’d’heû, èlles aint çheûri : totes lés réjons po poétchaie o n’pe poétchaie ènne vésaidgiere, po s’faire è contrôlaie, è vaccinaie… Vôs éz r’mairtçhè c’ment moi que po lés dichtainces è réchpèctaie, an on péssé de dous métres en yun èt d’mé, di temps que nôs véjïns déchendïnt â métre. Ès aint meinme trovè ïn spéchiâ nom: lai «distanciation». Li ès sont foûes cés bèdgés ! Meinme chi niun ne peut tot saivoi tchu lai pandémie, foûeche que çoli ât nové, tot l’monde é sai voirtè. Lés feuiyes, ç’te boète que djâse, lai télé n’en poyant pu de nôs aibreûvaie de novèlles totes pu soûetches lés yènnes que lés âtres.

Mains che c’ment moi, vôs peutes pare ïn pô de hâtou, çoli vôs aimus’ré èt, aivô ènne petète raition de miséricoédge, vôs dirèz: Pidie po lés mentous!

L’micou

 

TRADUCTION

PITIÉ POUR LES MENTEURS

Ces temps où nos ministres et nos députés sont en attente du résultat des élections me poussent à aborder un sujet toujours à la mode: celui des mensonges. Avant le passage aux urnes, on devrait plutôt parler de promesses ou d’engagements, mais aussitôt les gens en place… je vous laisse juges.

Si les autorités religieuses ont réparti les péchés selon leur importance, il faut bien admettre que beaucoup de mensonges ne sont que des manières particulières de présenter la vérité…

Enfants, on nous faisait croire que le marmot qui braillait dans un coin de la chambre était un cadeau apporté par la cigogne. Non mais… nous raconter ça, à nous, enfants de ferme, qui aidions à mettre le veau au monde, à nous qui menions la jument à l’étalon… Les mensonges, c’était notre pain quotidien: la soupe qui faisait grandir, les épinards qui donnaient de la force, alors que siffler faisait pleurer la Sainte Vierge… Dans les manuels de catéchisme, on nous aidait à préparer notre confession. On avait le choix: les mensonges pour rire, pour se tirer d’embarras, pour se faire bien voir… Il y avait aussi les gros mensonges qui pouvaient nuire aux gens, accuser des innocents, se faire accorder des avantages. Ceux-là, on les appelait « péchés mortels ». Si, à l’heure de passer l’arme à gauche, tu n’avais pas pu vider ton sac de péchés dans un confessionnal, on te promettait l’enfer jusqu’à la fin des temps.

Devenus adultes, nous n’en avons pas réchappé avec les mensonges. Il y a ceux qu’on dit en passant la frontière, l’argent qu’on ne déclare pas aux impôts, les excuses qu’on invente quand on s’est mis dans sont tort. Et tous les mensonges qu’on trouve à dire… parce qu’il faut bien dire quelque chose, même si en vérité on ne sait pas grand chose. Dans cette pandémie qui nous empoisonne la vie aujourd’hui, ils ont fleuri: toutes les raisons pour porter ou ne pas porter un masque, pour se faire contrôler, vacciner… Vous avez remarqué comme moi que, pour les distances à respecter, on a passé de deux mètres à un et demi, pendant que nos voisins descendaient au mètre. Ils ont même trouvé un nom spécial, la « distanciation ». Là, ils sont forts, ces bavards. Même si personne ne peut tout savoir sur cette pandémie, tellement c’est nouveau, tout le monde a sa vérité. Les journaux, la radio, la télé n’en peuvent plus de nous abreuver d’informations toutes plus singulières les unes que les autres.
Mais si, comme moi, vous pouvez prendre un peu de hauteur, ça vous amusera et, avec une petite dose de miséricorde, vous direz: Pitié pour les menteurs!

L’micou

Publicité