Poérreintruy, tchèfe-yûe d’ènne petète «république»

Tiaind qu’an voit âdj’d’heû tot l’mâ qu’an ont po faire tchaindgie d’cainton not’ boénne vèlle de Moutier, an se r’seuvïnt, aivô grietè, qu’è y é è poinne dous siecles, not’ care de tiere é aippaitcheni en brâment de diffraints paiyis.

Che not’ hichtoire c’maince bïn aivaint l’an mil, ç’ât dâ lés annèes de not’ aippaitcheniaince en l’Evêtçhé de Baîle qu’èlle ât meu coégnu.

Dés prïnces-évêtçhes, nos n’aint aivus de brâment bons, qu’aivïnt l’envie de portchaiyie l’paiyis, c’ment Blarer de Wartensee qu’é léchie conchtrure lo Collège dés Djésuites. È y en é achi aivu dés moins vayaints, c’ment Sigismond de Roggenbach, qu’é aibaindnè l’tchété d’Poérreintru po s’savaie è Bienne, tiaind lai révolte greummelait en sés arayes.

Voili c’ment lés tchoses se sont péssèes : aiprés lai « Révolution française », âtoué dés annèes 1790, lés véjïns paiyis feunes tentès poi lai tchie-bridâ. Tchie nôs, d’dôs l’autoritè de Rengger, ïn étchâdè qu’aivait l’sôtîn de lai Fraince, lai révolte aiboutit, en décembre 1792. Ïn nové paiyis feut indgniè, qu’an aippeule « République rauracienne », aivô Poérreintru po tchiefe-yûe. Lo prïnce-évêtçhe aippele son empereur â ch’coué. L’Autriche po c’mencie èt peus aiprés lai Fraince, chiquant yôs soudaîts.

Tchie nôs, lés dgens ne se saîmpent botaie ensoinne po moinnaie lai République d’aidroit. Trâs mois è poinne aiprés sai néchaince, lo 21 de mars 1793, lés bés prodjèts de tchi-bridâ tchoiyant en l’âve. Lai Fraince botte lai main tchu not’ care de tiere et en fait ïn dépar’tment : lo Mont-Terrible. Poérreintru demoére lo tchèfe-yûe, mains, aiprès ènne boussèe, ci départ’ment ât raittaitchie en ç’tu di Haut-Rhin.

Cés qu’aint cheuyu l’hichtoire de not’ nové cainton se seuvnant qu’aiprés, di temps di Congrès de Vienne, not’Jura ât aivu bèyi en lai Suisse po faire è coidgie l’cainton Bierne qu’aivait proudju lo paiyis de Vaud. Lai cheûte, vos lai coégnâtes : pu de 160 annèes de yutte po r’bèyie son ïndépendaince â Jura.

 

                                                                                L’micou

Vitrail d’une maison de la Rue Achille-Merguin représentant l’emblème de la République Rauracienne (Rauratienne !) avec son slogan: « Vivre libre ou mourir ».

 

 

-TRADUCTION-

Porrentruy, chef-lieu d’une petite république

Quand on voit, aujourd’hui tout le mal qu’on a pour faire changer de canton la ville de Moutier, on se souvient, avec nostalgie, qu’il y a à peine deux siècles, notre coin de pays a appartenu à beaucoup de différents pays.

Si notre histoire commence bien avant l’an mil, c’est depuis les années de notre appartenance à l’Évêché de Bâle qu’elle est mieux connue.

Des princes-évêques, nous en avons eu de très bons, comme Blarer de Wartensee qui a fait construire le Collège des Jésuites. Il y en a aussi eu des moins vaillants, comme Sigismond de Roggenbach qui a abandonné son château de Porrentruy pour se sauver à Bienne, quand la révolte grondait à ses oreilles.

Voici comment les choses se sont passées : après la Révolution française, autour des années 1790, les pays voisins furent tentés par la liberté.

Chez nous, sous l’autorité de Rengger, un échauffé qui avait le soutien de la France, la révolte aboutit en 1792 : un nouveau pays est créé qu’on appelle République Rauracienne, avec Porrentruy pour capitale. Le prince-évêque appelle son empereur au secours. L’Autriche pour commencer, puis la France, envoient leurs soldats.

Chez nous, les gens ne savent pas se mettre ensemble pour diriger la République correctement. Trois mois à peine après sa naissance, le 21 mars 1793, les beaux projets de liberté tombent à l’eau. La France met la main sur notre coin de pays et en fait un département : le Mont-Terrible. Porrentruy reste le chef-lieu, mais, après un temps, ce département est rattaché à celui du Haut-Rhin.

Ceux qui ont suivi l’histoire de notre nouveau canton se souviennent qu’après, du temps du Congrès de Vienne, notre Jura a été donné à la Suisse pour faire taire le canton de Berne qui avait perdu le Pays de Vaud. La suite, vous la connaissez : plus de 160 années de lutte pour redonner son indépendance au Jura.

Michel Cerf