Poussez la porte de l’Espace-Jeunes!

L’Espace-Jeunes offre de nombreux divertissements aux adolescents. © Espace-Jeunes
Publicité

PORRENTRUY L’Espace-Jeunes accueille les adolescents de 12 à 18 ans pour des activités, des animations… ou une écoute. Cap sur les projets et les ambitions de la structure avec Nathalie Vuillet, animatrice socio-culturelle.

Après une pause bien méritée en juillet, l’Espace-Jeunes de Porrentruy, lieu d’accueil des adolescents, a proposé de nombreuses activités dans le cadre du Passeport vacances durant ce mois d’août. «Ces animations se destinent notamment à des jeunes qui auront bientôt l’âge de fréquenter notre structure, détaille Nathalie Vuillet, animatrice socio-culturelle. C’est une manière pour eux de découvrir l’Espace-Jeunes, les animateurs, les locaux. Cela les aide à venir chez nous ensuite.» Un beau programme estival pour la structure, qui tiendra aussi un stand à la Braderie de Porrentruy.

Derrière le micro

Publicité

L’Espace-Jeunes a en tout cas plus d’une corde à son arc, puisqu’il propose aussi, depuis quelques mois, une radio itinérante, qui a fait escale cette année à Vendlincourt, Saint-Ursanne et Chevenez. «Nous permettons à des élèves de 8P de monter une émission de radio, certains sont au micro, mais tous participent, notamment en rédigeant les textes, explique Nathalie Vuillet. La classe choisit une thématique, l’enregistrement dure 2h30 que nous coupons ensuite en 45 minutes d’émission et que nous diffusons sur une web radio. Les jeunes ont beaucoup de plaisir à participer. Pour certains, cela peut être une façon de s’affirmer, de prendre la parole.» Face à son succès, cette expérience est appelée à se renouveler.

Pas uniquement des animations…

L’Espace-Jeunes organise ainsi de nombreuses activités pour divertir les adolescents. Mais ce n’est pas sa seule mission. «Certains peuvent penser qu’on est là uniquement pour jouer au ping-pong avec les jeunes, sourit Nathalie Vuillet. Mais, en fait, nous sommes aussi présents pour les aider face à toute une série de problématiques. Questions d’avenir professionnel, d’orientation sexuelle…  Nous sommes disponibles et lorsque ce n’est pas de notre ressort, nous travaillons avec tout un réseau d’institutions, comme Addiction Jura ou le planning familial, par exemple.»

En tout cas, la porte de la structure reste ouverte. «Nous ne sommes pas limités en nombre d’inscrits, tous les jeunes peuvent venir chez nous, précise Nathalie Vuillet. Chaque année, nous devons renouveler les membres, car les adolescents ont moins de temps quand ils entrent en apprentissage ou au lycée. Il y a donc toujours de la place pour s’inscrire!»

Alice Lehmann

Publicité