Remettre la production d’énergie entre les mains des citoyens

L’un des objectifs de Coopergy: favoriser les initiatives citoyennes en matière de production d’énergie. © wikipédia

AJOIE À l’heure où la société se pose de plus en plus de questions sur ses modes de consommation au sens large du terme, une poignée de citoyens ajoulots a lancé en mai 2017 une coopérative qui a pour but de réduire la consommation d’énergie fossile et, mieux encore, d’encourager les gens à produire eux-même leur énergie.

Elle s’appelle Coopergy. Âgée d’à peine un an, elle est déjà pleine de vie et débordante de projets. À son chevet depuis le début, Vincent Chapuis se souvient des moments qui ont précédé sa naissance: «Coopergy est le fruit de la rencontre de plusieurs personnes avec comme point commun l’envie de faire avancer les choses en matière de production d’énergie. Nous sommes aujourd’hui sept et nous partageons surtout un état d’esprit commun.» Une philosophie constructive, mue par l’envie de faire évoluer la société vers une production et une consommation d’énergie plus responsable et, surtout, gérée par et pour le citoyen. «On se rend compte actuellement d’une tendance claire dans notre société. Nombreux sont les gens à ressentir un certain désenchantement vis-à-vis de la classe politique traditionnelle et à vouloir prendre les choses en main. On le constate avec des grands courants un peu à la mode comme la permaculture mais c’est également de plus en plus le cas lorsqu’on parle de consommation d’énergie», note le citoyen de Boncourt.

Réduire l’empreinte environnementale

Pour résumer, la toute jeune Coopergy souhaite œuvrer pour la réduction de la consommation d’énergie fossile et pour la réduction de l’empreinte environnementale de la société. Un sacré programme. «C’est clair que c’est ambitieux. Mais c’est en mettant ces questions au centre des réflexions des gens que nous allons progresser et c’est surtout en les mettant entre les mains des citoyens que cela peut fonctionner», explique Vincent Chapuis. Mais revenons un peu en arrière. Au départ, la coopérative énergétique née dans l’esprit de ce petit groupes d’Ajoulotes et d’Ajoulots avait un but encore plus précis que ceux évoqués ci-dessus: «Nous visions la création et la mise en route d’un chauffage à distance pour la commune de Boncourt. C’est principalement pour cela que nous avons créé notre coopérative», indique Vincent Chapuis.

Compétences et connaissances

Mais durant le processus qui aurait pu aboutir à ce que, par exemple, la commune de Clos du Doubs vient de mettre sur pied, les membres de Coopergy se rendent compte qu’il ne sert à rien de précipiter les choses: «Si on prend les choses au premier degré, alors oui, nous n’avons pas atteint nos objectifs pour le moment. Par contre, je suis persuadé que c’est un mal pour un bien dans le sens où nous avons pu constater qu’aujourd’hui, avant de se lancer dans un tel projet, il est fondamental de faire en sorte que les citoyens aient les compétences et les connaissances pour juger de manière indépendante du bien-fondé d’un projet en matière environnementale et énergétique».

Des amateurs éclairés

Un constat cohérent avec les bases philosophiques de la coopérative: «Notre principale volonté est d’œuvrer pour le bien commun. Et c’est en informant correctement, en nous entourant correctement, en nous inspirant d’autres expériences citoyennes que nous allons y arriver. Il ne faut pas oublier que nous ne sommes pas des professionnels de l’énergie. Tout au plus des amateurs éclairés!»

Afin de joindre les actes à la parole, Coopergy s’est lancée, en collaboration avec l’Université de Lausanne, dans l’organisation d’une grande journée citoyenne en lien avec la production et la consommation d’énergie, journée qui se tiendra le 1er décembre prochain. «La date est confirmée mais nous sommes en train de fignoler le programme», sourit Vincent Chapuis. Un programme à découvrir sur notre page Facebook en milieu de semaine prochaine.

Un reportage de Sébastien Fasnacht, publié le 27 septembre 2018, N°466

REPÈRES
Date de création: 2017
Co-présidents: Vincent Chapuis et Jean-Marc Comment
Comité: Raphaëlle Stegmann-Six, secrétaire; Candido Fernando, membre
Effectif: 7 personnes