Speaker ou l’art d’en dire juste assez pour ne pas lasser

Pierre-Louis Wermeille au micro des Foulées Ajoulotes. Crédit: © Colin Girard

BURE Dans une dizaine de jours, la commune ajoulote accueillera la 4e édition des Foulées Ajoulotes. Trois parcours de 6 à 17 kilomètres et une organisation aux petits oignons attendent les coureurs, le tout au son de la voix d’un speaker plutôt atypique!

Pierre-Louis Wermeille n’est pas Ajoulot. Et pourtant, le Noirmonnier le connaît bien, notre petit coin de pays. Jusqu’à cette année, il était l’un des deux seuls coureurs à pied à avoir pris le départ des 38 éditions des Tchérattes, dans le Clos du Doubs. «Était» car après une carrière de plus de 40 ans, il a décidé de raccrocher les baskets afin de soulager son dos. «Je prends ça avec philosophie. Vous savez, j’apprécie la vie et ce qu’elle m’a donné. Je ne peux certes plus courir, mais tout va bien puisque je peux encore marcher!»

L’art de parler toute une journée

Marcher… et parler! Car en parallèle de son activité de coureur, Pierre-Louis Wermeille s’est taillé une solide réputation de speaker. Une activité qui, pour le commun des mortels, peut sembler anecdotique. Pierre-Louis Wermeille en a fait un véritable art. «Être speaker sur une course, ça se prépare. Il ne suffit pas de parler durant toute la journée, bien au contraire! Il faut en dire juste assez pour ne pas lasser, tout en informant les gens de ce qui se passe et de ce qu’ils voient et qu’ils ne connaissent peut-être pas. J’essaie toujours d’avoir une ou deux anecdotes sur les coureurs présents ou sur la course en général. Cela rend le tout plus vivant pour les spectateurs!»

Pierre-Louis Wermeille. Crédit: © Colin Girard

Une course «populaire par excellence»

Le 15 septembre prochain à Bure, Pierre-Louis Wermeille prendra donc place derrière son micro pour animer la 4e édition des Foulées Ajoulote, une course qui lui tient particulièrement à cœur. «Vous le savez, j’aime la course à pied. C’est un sport magnifique qui a la particularité de lisser les catégories sociales. Quand on court, que l’on soit manœuvre, médecin, pompier ou avocat, cela n’a pas d’importance. Et à Bure, on retrouve vraiment cette fraîcheur, cette spontanéité que j’aime dans la course à pied. C’est une course populaire par excellence, très conviviale et avec tout de même un sacré niveau!»

Au cœur de l’événement

Si parler est malgré tout moins fatigant que de courir, tenir le micro une journée entière, sans ennuyer le public, c’est tout de même une vraie performance. «On peut dire ça oui, mais personnellement, je le fais avec tellement de plaisir que cela devient naturel. Et puis speaker, c’est une place privilégiée sur une course. On est au cœur de l’événement, c’est une vraie chance.» Une chance et une manière, pour Pierre-Louis Wermeille, de rester au contact des coureurs et de continuer à vivre sa passion, sans forcément devoir prendre le départ.
Un reportage de Sébastien Fasnacht, publié le 3 septembre 2018, N°463

Informations et renseignements sur la course via Facebook @lesfouleesajoulotes