Stéphane Morillo à l’aise à la tête du SHC La Baroche

Stéphane Morillo a trouvé sa place le long de la bande du SHCB. Guillaume Hentzi © Stéphane Morillo

SKATER-HOCKEY Bien connu dans le milieu du skater et du hockey sur glace, Stéphane Morillo est l’entraîneur du SHC La Baroche depuis le début de la saison. Auteur d’un championnat régulier remarquable, le résident de Courgenay revient sur son parcours et envisage l’avenir de La Baroche.

Si aujourd’hui Stéphane Morillo est le coach de deux équipes – le SHC La Baroche en LNB de skater et le HC Bassecourt en 3ème ligue de hockey sur glace –, c’est bien en tant que joueur qu’il a découvert le monde du hockey. «J’ai commencé le hockey à l’âge de trois ans. J’ai donc plus ou moins toujours baigné dans ce milieu, explique Stéphane Morillo. J’ai également longtemps pratiqué le skater hockey, même si, à la base, c’était un complément au hockey sur glace.»

Un beau parcours de joueur
Aujourd’hui, Stéphane Morillo ne joue pratiquement plus au skater, «quelques fois avec la deuxième équipe pour dépanner, mais c’est vraiment occasionnel», précise-t-il. «C’est un sport qui demande beaucoup physiquement, on prend beaucoup de coups, c’est pour ça que j’ai arrêté.» Si les moments forts de son parcours de joueur auront été nombreux, le coach du SHCB relate un titre de Champion d’Europe avec l’équipe nationale, deux titres de Champions suisses sous les couleurs de Rossemaison et une finale des play-offs, perdues celle-ci, avec La Baroche. «Ce sont des bons moments, des bons souvenirs. Je n’ai aucun regret à ce niveau-là», affirme-t-il.

Aujourd’hui, si l’envie d’enfiler les patins lui vient parfois lorsque son équipe se met à gagner, Stéphane Morillo dit se plaire à la bande du SHCB. «J’ai retrouvé beaucoup de plaisir à entraîner. Je suis un grand motivateur. J’aime le contact avec les copains, j’avais besoin de ça».

À l’heure où ces lignes ont été écrites, le quart de finale des play-offs entre La Baroche et La Broye n’était pas encore terminé. Néanmoins, en ayant terminé deuxièmes du championnat régulier, les «boy» du SHCB pouvaient déjà se montrer satisfaits de leur saison. «On a pu créer un groupe, les joueurs ont été d’accord de me suivre. On s’est aussi renforcé par rapport à l’année passée, se réjouit Stéphane Morillo. On fait vraiment un super parcours, en terminant deuxièmes derrière la deux de Rossemaison.»

En piste vers une fusion?
Au vu de cet excellent championnat régulier, le comité du SHC La Baroche a fixé cet été les objectifs pour la suite. Ou, autrement dit, a pris la décision d’accepter une éventuelle promotion si elle devait arriver, cette année ou plus tard. Et si la finale des play-offs devait mettre aux prises Rossemaison 2 et La Baroche, les deux premiers du championnat régulier, les Ajoulots seraient sûrs d’être promus, avant même de jouer la finale, puisque Rossemaison a déjà une équipe dans l’élite. Mais on n’en est pas encore là…

Autre point qui touche de près l’avenir de La Baroche: une éventuelle fusion avec le SHC Fontenais, deux clubs qui partagent la même piste. «On a eu une séance d’équipe où l’on a décidé que l’objectif serait d’aller le plus loin possible, sans se mettre trop de pression. Mais on a aussi mis en place un comité de fusion, et ce comité est favorable à une promotion». Des défis tant sportifs qu’extra-sportifs qui se pointent à l’horizon du SHC La Baroche et pour le coach Morilo!

Un article de Maxime Rérat, publié dans le N°466 du 27 septembre 2018