Tiaind lai loi tchaindge… po aivoi l’aipaîj’ment

Lés dgens dés vèlles, bïn s’vent musant d’allaie d’moéraie dains lés v’laidges, voù l’oûere ât chi serïn, èt voù lés tçhoés embâmant dains lai douçou di soi… Cés que l’aint fait sont dés côps bïn churpris po ç’qu’ât d’lai frâtchou de l’oûere o po lo quiat dés neûts : ç’ât tiaind lés paiyisains mieulant èt que lai sentou de lai mieule schlïndye pu foûe que lo bon pairfum dés roses…

Mains chutôt ço que déraindge cés nôvés velaidgeois, ç’ât lo brut dés cieutches. Que çoli feuche â cieutchie dés môties o lés tçhaimpainnes dés vaitches dains lés tchaimps… Lés voili que breuyant, que v’lant faire râtaie tot ci trayïn, que d’maindant ât tçheûmnâ de ne pu permâtre taint de brut, lai neût c’ment l’djoué.

Sôle d’aivoi aidé cés plaingnous en lai poûetche, dains lai tçheûmene de Bauma, d’lai san de Zurich, lo tçheûmnâ é tchandgie lo règlement d’lai diaîdge. Ès aint tot boénnement déchidè que les cieutcheries ne s’raint pu r’dyaidgeaie c’ment dés bruts ! Que çoli feuche dains lés tchaimps o â môtie… Dâli totes cés cieutcheries n’aint pu è rèchpèctaie lés houres de sane dés véjïns. Lés dgens que crayïnt aivoi tçhittie tos lés bruts de lai vèlle po lo piaîn de lai caimpaigne sont aivu bïn r’tendus.

Çoli me fait bïn riôlaie èt nôs raippelle que meinme tchie lés allemoûeses è s’y trove dés dgens rempiachu de s’né.

Mit’naint, i vôs propoje d’oyi dés cieutcheries enrôlèes dains not’ boènne vèlle de Poirreintru. Àt-ce que vos lés v’lèz r’coégnâtre ?

I vôs éde : è y è l’môtie de Sïnt-Dgeurmain, ç’tu de Sïnt-Pierrat, di tempye, de lai tchaipèlle de l’hôpitâ èt les cieutches de l’Hôtel-Dieu, d’lai mâjon d’vèlle èt de lai Poûetche de Fraince.

En vôs de djûre, tot en saitchaint qu’i vôs ai bèyie ïn nom de trop. Pe de réponche âdj’d’heû…Craibïn ïn âtre côp ! Boénne oûyaince !

L’micou

Quand la loi change… pour avoir la paix

Les gens des villes, bien souvent, rêvent d’aller habiter dans les villages, où l’air est plus pur et où les fleurs embaument dans la douceur du soir. Ceux qui l’ont fait sont parfois bien surpris pour ce qui est de la fraîcheur de l’air ou pour la tranquillité des nuits : c’est quand les paysans purinent et que l’odeur du purin pue plus fort que le bon parfum des roses…

Mais surtout, ce qui dérange ces nouveaux villageois, c’est le bruit des cloches. Que cela soit au clocher des églises ou les cloches des vaches dans les champs… Les voilà qui crient, qui veulent faire arrêter ce vacarme, qui demandent au conseil communal de ne plus permettre autant de bruit, la nuit comme le jour.

Fatigué d’avoir toujours ces plaignous à la porte, dans la commune de Bauma, du côté de Zurich, le conseil communal a changé le règlement de police. Ils ont tout bonnement décidé que les sonneries de cloches ne seraient plus considérées comme des bruits ! Que cela soit dans les champs ou à l’église… Dès lors, toutes ces sonneries de cloches n’ont plus à respecter les heures de sommeil des voisins. Les gens qui croyaient avoir quitté tous les bruits de la ville pour le calme de la campagne ont été bien refaits.

Cela me fait rire doucement et nous rappelle que même chez les suisses allemands, il s’y trouve des gens pleins de bon sens.

Maintenant, je vous propose d’écouter des sonneries enregistrées dans notre bonne ville de Porrentruy. Est-ce que vous le reconnaîtrez ?

Je vous aide: il y a l’église Saint-Germain, celle de Saint-Pierre, du temple, de la chapelle de l’hôpital et les cloches de l’Hôtel-Dieu, de l’Hôtel de ville et de la Porte de France.

A vous de jouer, tout en sachant que je vous ai donné un nom de trop. Pas de réponse aujourd’hui… Peut-être une autre fois! Bonne écoute!