Tiaind qu’an ât moûe, an se coidge

CLOS DU DOUBS Le Musée jurassien de Delémont a reçu en dépôt, l’année passée, une importante quantité de manuscrits et d’études menées par l’abbé Robert Jolidon, (1909-1953) ancien curé de Saint-Brais. S’y plonger est toujours un ravissement et une source de connaissances nouvelles. L’micou, notre spécialiste du patois, en a tiré cette savoureuse histoire.

(Les mots en gras figurent dans le lexique, tout en bas du texte.)

È y aivait ènne fois dés flossous que coutchïnt ès M’lins de lai Moûe. È y en aivait yun de lai rotte qu’était ïn pô en lai boénne. Di temps qu’èl était allè pâtchie â boéron, sés caimerâdes, po faire è rire dous coudris, s’entendainnent po l’faire allaie. Lo pu véye s’étendé tchu ïn bainc, â moitan di poiyie, envoju dains ïn yeussûe, ïn tchaipelat dains lés mains djointes. (An emprenié ènne lôvratte, an boté ènne étçhéyatte d’abnète tchu ènne sèlle). An airait dit qu’lo copou était moûe foueche qu’è s’teniait roid èt qu’èl était biaive.

– Lo voici, vniait dire tot d’ïn côp ènne dés coudris que pochtaît â d’vaint l’heûs. Ès s’boteunnent tus è tchaimpaie yun aiprés l’âtre de l’abnéte tchu l’copou d’aivô ïn rain de boûecha tchu l’coutchie coûe.

– Qu’è-t-é aivu, dié ç’tu qu’était ïn po en lai boénne, è moinnait encoé che lairdge â moirande?

– Èl ât dïnche tchoi tot d’ïn côp, sains piepe aivoi l’temps d’dire « amen »…

– Te l’veus bïn voidgeaie di temps qu’nôs adrains aiv’tchi lo préte des Bôs èt commaindaie lo voué?

– Ç’at mon devoi!

– Te n’veus’pe aivoi pavou?

– Pavou d’quoi?

Tiaind ç’ât qu’è feut tot de pai lu, è se vaguait è révisaie l’moûe. È y sannait que son caimerâde aivait cyinnè dés eûyes. Çoli n’yallé’pe trop!Cetu qu’ât moûe ât moûe, non pé ? È se r’boté ès dgnonyons po praiyie. De temps è âtre, è moétchait lai tchaindoilatte. Lo copou que f’sait l’moûe dié tot d’ïn côp en l’ainonceint:

– Dévôs ci yeussûe vou qu’i t’fos ç’étçhéyatte en lai téte!

Lés âtres copous, lés coudris èt lés dgens dés M’lins qu’étïns és adyèts â tché n’aivïmpent encoé fait ènne péssèe que lo voiyou aivait aissannè tot roid son caimerâde d’ïn côp de mèrlïn en yi criaint:

-Tiaind qu’an ât moûe, an se coidge!

Mai poûere mére, Dûe ait son aîme, lo diait aidé : è ne fât’pe djôtaie aivô lai moûe!

 

Fôle en patois di Çhôs di Doubs raicontèe poi Josépfine Chapatte â Cerneux-Godat

 

LEXIQUE

 an emprenié ènne lôvratte: empare lo fûe, enfûere, allumaie (allumer une veilleuse)

cyinnè dés euyes: cligner des yeux ( ne figure pas dans nos glossaires)

non pé: non pétes, non pie (n’est-ce pas)

an: pronom personnel, an on l’choix (on a le choix: Djosèt Barotchèt) ou encore: c’ment an fait son yé an doûe (comme on fait son lit, on dort : Simon Vatré)

en: préposition ou pronom : en huvie, en amont…(en hiver, en montant)

 

© Commune de Clos du Doubs

 

TRADUCTION

Quand on est mort, on se tait

Il y avait une fois des flotteurs (de bois) qui couchaient aux Moulins de la Mort, près de Biaufond. Un de la bande était un peu «à la bonne». Pendant qu’il s’en fut pêcher au filet, ses camarades pour faire se gausser à ses dépens deux couturières qui se trouvaient aux Moulins, s’entendirent pour le faire marcher.

Dans ce but, le plus âgé s’étendit sur un banc au milieu de la chambre et s’enveloppa dans un drap, un chapelet dans ses mains jointes. (On alluma une veilleuse et on mit à ses pieds, sur une chaise, une tasse remplie d’eau bénite).

On aurait dit que l’homme était mort, tellement il se tenait raide et qu’il était pâle.

– Le voici, vint dire tout à coup une des couturières, qui guettait devant l’huis.Tous les assistants se mirent à asperger d’eau bénite au moyen d’une branche de buis, le corps étendu.

– Qu’a-t-il donc eu, dit celui des flotteurs qui était passablement naïf? ll parlait encore abondamment au souper.

– Il est tombé ainsi tout à coup, sans même avoir eu le temps de dire «Amen».

– Voudrais-tu veiller à côté de lui pendant que nous irons avertir le curé des Bois et commander le cercueil?

– C’est mon devoir.

– N’auras-tu pas peur?

– Peur de quoi?

Quand il fut seul avec le mort, le veilleur se hasarda à le contempler. Il lui sembla que le cadavre avait cligné des yeux. Cette impression lui déplut, mais celui qui est mort est bien mort, se dit-il.

Il se remit donc à genou pour prier. De temps à autre, il «mouchait» la veilleuse. Brusquement, le gaillard qui faisait le mort dit à l’innocent:

– Déroule ce drap ou je te fous cette tasse à la tête!

Les autres flotteurs, les couturières et les gens de la maison qui étaient aux aguets à la cuisine n’avaient pu encore pu faire un pas que le veilleur avait assommé raide son camarade d’un coup de marlin en lui criant:

– Quand on est mort, on se tait!

Ma pauvre mère, Dieu ait son âme, disait sans cesse: « Il ne faut pas jouer avec la mort!»

Une histoire en patois du Clos du Doubs, contée par Joséphine Chapatte, au Cerneux-Godat et regraiyenè poi L’micou, c’ment qu’l’airait graiyenè Simon Vatré.