Un geste qui restera dans les mémoires

Loïc Martin
Loïc Martin, ici avec sa coupe, est fier d’avoir reçu le fair-play du cœur. © Maxime Rérat
Publicité

COURGENAY / CORNOL Pour avoir laissé l’adversaire égaliser après un but discutable, en septembre dernier, Loïc Martin a reçu le fair-play du cœur 2021 de l’Association jurassienne de football (AJF). Le capitaine d’Ajoie-Monterri II prône un jeu basé sur le respect.

Le fair-play du cœur récompense chaque année une bonne action, afin de rappeler que le football est avant tout un jeu qui dépasse les rivalités. «Certains vont tout faire pour gagner sans se soucier du respect de l’adversaire, regrette Loïc Martin. C’est le côté un peu gênant du foot

Avec la deuxième garniture d’Ajoie-Monterri, le capitaine a montré l’exemple, le 4 septembre dernier. Le FCAM recevait Develier à Courgenay pour la troisième journée du championnat. La partie s’est décantée de manière peu orthodoxe à la 18e minute, sur une «balle d’arbitre». À la suite d’un fait de jeu, l’homme en noir a tendu le ballon à Daniel Micovic afin que celui-ci le rende à l’adversaire et que cette rencontre de 2e ligue puisse reprendre.

Publicité

Quelle maladresse!

Lorsque l’arbitre remet le ballon en jeu après qu’il ait été sorti volontairement (en cas de blessure d’un joueur notamment), celui-ci doit être rendu à l’adversaire. C’est le principe d’une «balle d’arbitre». Sur cette action, l’intention y était. Pas le résultat. En effet, le défenseur central ajoulot a expédié le ballon à l’autre bout du camp adverse. Le portier vadais, pris par surprise, a dévié le ballon au fond de ses propres filets. «Le gardien a vraiment été maladroit sur ce coup», rigole Loïc Martin. Au lieu de récupérer légitimement le cuir dans leur camp, les Escargots venaient d’encaisser un but gag.

Pris au dépourvu et gênés par cette réussite qu’ils n’auraient pas dû inscrire, les Ajoulots se sont alors regroupés autour de leur capitaine. «L’arbitre ne pouvait pas intervenir: comme le gardien l’avait touchée, la balle était jouée et le but valable. Notre entraîneur, Yvan Notz, a tout de suite voulu qu’on rende un goal à l’adversaire. J’étais de cet avis. Nous avons discuté pendant trente secondes et pris cette décision.» Voilà donc les joueurs de Develier qui traversent le terrain communal et égalisent sans aucune résistance. Les Vadais se sont finalement imposés sans trembler (5-1). 

«Fier de ce prix»

Lorsqu’il a été appelé pour recevoir le fair-play du cœur de l’Association jurassienne de football, Loïc Martin ne s’attendait pas à un tel honneur. «Honnêtement, je ne connaissais pas trop ce prix. Mais c’est très positif de parler des bonnes actions et je suis fier de l’avoir reçu, souligne-t-il. Je suis enseignant, j’ai aussi entraîné des juniors par le passé. J’essaie de leur transmettre ces valeurs de respect.»

À bientôt trente ans, le résident de Porrentruy a encore de belles années devant lui. «Je ne mets pas toujours le football au premier plan, mais j’y joue depuis bientôt 25 ans et cela me plaît toujoursActuel pilier d’Ajoie-Monterri II, le défenseur de 29 ans a évolué par le passé en 2e ligue inter par le passé avec les Corbedos. Aujourd’hui, il porte un regard positif sur la fusion entre Cornol et Courgenay et sur les résultats de la première équipe, 3e de son groupe en 2e ligue inter. «Il faudra voir comment s’en sort le club à l’avenir, note-t-il prudemment. Mais actuellement, il règne une très bonne ambiance. La principale difficulté est notre manque d’effectif.»

Ce fair-play du cœur restera en tout cas dans les annales du FC Ajoie-Monterri. 

Maxime Rérat

Publicité