Un tour du monde des crèches

Willy Roth avec une crèche de sa collection privée, taillée dans une seule pièce de bois par un artisan polonais. Claire Jeannerat © Éditions L'Ajoie
Publicité

ALLE/BONFOL De toutes les tailles, de toutes les couleurs, dans toutes les matières et de toutes les provenances: la collection de crèches de Noël de Willy Roth est unique loin à la ronde. Quelques-unes de ses pièces sont exposées en ce moment dans le cadre de la Route des Crèches à Bassecourt.

La scène est bien connue: l’enfant Jésus est couché dans une mangeoire, entouré de ses parents Marie et Joseph et réchauffé par le souffle d’un bœuf et d’un âne; s’y ajoutent souvent les Rois mages et les bergers venus honorer ce nouveau-né. Qui pourrait croire qu’un récit aussi universel que celui de la Nativité puisse inspirer des dizaines, des centaines même, de représentations différentes? Et pourtant. Lorsque Willy Roth vous ouvre les portes de sa collection de crèches à Alle, il faut se rendre à l’évidence: la créativité humaine est tout simplement fabuleuse.

Un autre modèle de l’extraordinaire collection de crèches de Willy Roth. Claire Jeannerat © Éditions L’Ajoie

Il y a là plusieurs centaines de modèles de crèches – «environ 400», précise le maître des lieux – toutes artisanales. Certaines, minuscules, tiennent dans une coquille de noix ou une boîte d’allumettes! D’autres se distinguent par la vivacité de leurs couleurs, d’autres encore par l’originalité de leurs matériaux: en Slovaquie on utilise l’enveloppe séchée des épis de maïs, dans certains pays d’Amérique du Sud un mélange de pâte de pommes de terre et de plâtre. Madagascar, Allemagne, Pologne, Cameroun, Salvador, Pérou, Philippines, Tanzanie… C’est un tour du monde – du monde chrétien, en tout cas – que l’on effectue en suivant Willy Roth parmi les rayonnages encombrés de ce bâtiment tout entier réservé à sa passion, qui est aussi une activité commerciale.

Publicité

Marchand de jouets itinérant

Car s’il possède bel et bien une collection privée, la plupart des crèches de Willy Roth sont en réalité destinées à la vente. Ses clients sont pour la plupart des magasins d’articles religieux de toute la Suisse. Quant à ses fournisseurs, beaucoup sont des associations d’aide aux pays en développement qui trouvent là un débouché pour de petites unités artisanales, souvent des familles gardiennes d’une tradition séculaire.

Né à Bâle dans une famille où l’on cultivait l’amour de l’art et la passion des collections, Willy Roth s’est installé il y a une quarantaine d’années à Bonfol, à peu près à l’époque où il a quitté l’entreprise qui l’employait, refusant la promotion qu’on lui offrait pour une carrière moins confortable mais plus proche de ses aspirations personnelles: marchand de jouets itinérant. «Des jouets en bois et en métal, pas en plastique», précise-t-il. C’est sur les foires et les marchés qu’il fréquentait alors qu’il a découvert ses premières crèches artisanales, et que petit à petit une activité a pris le pas sur l’autre.

Les œufs de Pâques aussi

On l’a compris, Willy Roth n’est pas un commerçant ordinaire. C’est bel et bien la passion qui est son véritable moteur, il suffit pour s’en convaincre de l’entendre parler de ses crèches: il connaît l’histoire, la provenance et les secrets de fabrication de chacune d’entre elles. Et c’est avec bonheur qu’il prête certaines pièces pour des expositions lorsque l’occasion se présente, comme ce fut le cas pour la Route des Crèches, à Bassecourt. À plusieurs reprises également des musées ont fait appel à lui pour des expositions temporaires, soit pour des crèches, soit pour son autre passion: les œufs de Pâques. Car chez Willy Roth, une collection en cache bel et bien une autre.

Claire Jeannerat

Article paru dans notre édition abonnés n° 476 du 6 décembre 2018

Publicité